Paris Web 2009, c’était bien

Oui, Paris Web 2009, c’était bien, encore mieux que Paris Web 2008. Je sais, c’est facile à dire et on dit ça chaque année en comparaison de l’année passée.

Mais croyez moi, si on le dit, c’est que c’est vrai.

Une organisation sans failles réalisée par des passionnés, des gens qui aiment ce qu’ils font et ça se sent, ça se voit.

Je le redis du fond du coeur : bravo et merci à l’équipe organisatrice de paris Web, vous faites un travail qui force le respect.

Passons aux conférences, j’avais fait un retour précis en 2007, pas en 2008 ou mon Paris Web avait été un peu « bordélique » entre la perte de mon téléphone et les dossiers à gérer en urgence.

Paris Web 2009 : les conférences du Jeudi

Utilisabilité : quand le webdesign rencontre le marketing

Par : Christophe Zlobinski-Furmaniak

Mon avis sur la conférence :

La conférence est intéressante, bien que déjà « sensibilisé » aux problèmes de marketing liés au design web, une piqure de rappel ne fait jamais de mal, Christophe est passionné par son sujet on pourrait même dire qu’il est habité, peut être un peu trop.

Le seul problème de la conférence, c’est que Christophe agresse un peu son auditoire en martelant ses vérités avec un arrière goût de « c’est comme ça et pas autrement » ce qui ne facilite pas forcément la discussion post conférence.

Webdesigner, l’homme qui parlait à l’oreille des intégrateurs

Par : Gilles Vauvarin

Mon avis sur la conférence :

Je connaissais le but de la conférence car Gilles m’avait fait parvenir un petit questionnaire sur le sujet de la relation designer / Intégrateur.

Gilles est à l’aise, il connait son sujet, on parle de problèmes relationnels et de communication entre les deux métiers, d’outils pour uniformiser les process de travail, beaucoup de réactions dans la salle, tout le monde se retrouve à un moment ou à un autre dans les sujets évoqués.

Ca se ressent dans les questions et les discussions post conférence et l’on pourrait résumer en un mot ce qui est nécessaire pour améliorer les relations entre les créatifs et les intégrateurs : communication.

Le Webdesign orienté business

Par : Jeremie Patonnier

Mon avis sur la conférence :

Deuxième conf sur le webdesign orienté marketing, le sujet est vaste et Jérémie nous apporte de nombreuses pistes de réflexion sur des sujets aussi divers que la relation client, l’intégration des problématiques marketing et ROI dans l’élaboration des designs.

J’ai beaucoup aimé la conférence, seulement, comme je l’ai souligné plus tard, on reste orienté « grands comptes », à nous de transférer les apprentissages dans nos process plus « modestes ».

Mobile, nouvelles fonctionnalités

Par : Charles McCathieNeville

Mon avis sur la conférence :

Charles a fait l’effort de faire sa conférence en français, d’un côté c’est appréciable pour les non anglophiles, d’un autre, ça retire pas mal de peps à la conférence.

Charles fait un tour d’horizon du marché des navigateurs mobiles, des technologies embarquées, des possibilités offertes à l’heure actuelle et à venir.

Je ne me suis pas encore trop penché sur le transfert de compétences vers le marché mobile, il me manque donc pas mal de connaissances pour apréhender certaines informations transmises lors de la conférence.

Webdesign et qualité

Par : Florent Verschelde (O2Sources), Benjamin De Cock

Mon avis sur la conférence :

Je connais bien les deux intervenants et il s’en sortent plutôt bien.

Une conférence pour les web designer, ergonomie, utilisabilité, expérience utilisateur, on passe tout au crible, les conférenciers sont habités par leur sujet et ça se sent, ils font passer leur passion et leurs connaissances avec facilité.

Paris Web 2009 : les conférences du vendredi

Référencement et standards web : la même destination

Par : Thierry Régagnon (RESONEO)

Mon avis sur la conférence :

Jusqu’à maintenant, les conférences traitant de référencement à Paris Web ne m’ont pas convaincu, trop orientées auto promo et « bisounours faites ce que google vous dit don’t be evil ».

Le début de la conférence me surprend très agréablement, Thierry connait très bien son sujet (le référencement) et drive parfaitement l’introduction de sa conférence.

La conférence traite surtout de l’effet de l’usage des micro formats et de RDFa dans les affichages des snippets dans les SERPs actuelles et à venir. Seul regret, pas d’informations sur un impact potentiel sur le positionnement, on reste plus dans des données marketing (SEM).

De l’ergonomie pour mon ecommerce

Par : Amélie Boucher

Mon avis sur la conférence :

Bonnes pratiques en matière de communication et d’ergonomie pour les sites d’ecommerce. Bonnes pratiques rentrant parfois en conflit avec les standards d’utilisalité.

Pensez vente et seulement vente, testez vos designs sur des groupes tests, connaissez votre cible, adaptez des bonnes pratiques commerciales qui ont fait leur preuves IRL, compensez le manque de conseil d’un vrai vendeur par de l’information distilée au bon endroit.

Amélie est habituée des conférence et ça se voit, bonne conférence, rien à dire.

ROI et performance web : intégrer la culture de l’optimisation à la stratégie internet

Par : Arnaud Brin

Mon avis sur la conférence :

Je vais être direct : chiant à mourrir.

Le sujet était potentiellement intéressant, mais au bout d’un quart d’heure de slides surchargés, j’ai décroché.

Arnaud à fait sa conférence comme on présente les résultats d’un audit à un client, en petit comité, et là, franchement ça ne fonctionnait pas du tout.

WCAG 2.0, Flash, PDF, Javascript et les autres sont dans un bateau…

Par : Aurélien Levy (Temesis), Sébastien Delorme

Mon avis sur la conférence :

Pas trop dur, les deux connaissent leur sujet sur le bout des doigts.

Présentation des WCAG 2.0, flash « accessible », PDF « accessible », ARIA outils open source, un beau tour d’horizon bien traité et bien géré.

Une seule question demeure, Aurélien, c’est quoi ton programme sportif ? On veut savoir, parce que l’année dernière, Aurélien, c’était plutôt comme moi, format Homer Simpson, et cette année c’est plutôt format athlète de compétition avec des bras comme mes cuisses.

Paris Web 2009 : les gens

L’autre grand point important de Apris Web, c’est la rencontre de plein de gens avec lesquels on échange toute l’année, soit sur leurs blogs, leur twitter, skype…

Cette année encore on a pu parler, partager, discuter, plus ou moins longtemps, mais se voir est déjà important.

Avec en vrac :

J’en passe et des meilleurs, j’ai parlé avec de nombreuses personnes dont je ne connaissais pas forcément le nom, surtout lors des repas du jeudi midi et soir, donc n’hésitez pas à vous présenter dans les commentaires si vous passez par là, j’aime bien savoir avec qui j’ai échangé.

Une boutique en ligne, ce n’est pas qu’un script

L’objectif d’un site ecommerce est de vendre, certes, en transformant ses visiteurs en acheteurs, mais, il ne faut pas oublier que tous n’achètent pas et ne viennent pas pour acheter. Et s’il est donc primordial de se concentrer sur l’optimisation du taux de transformation, il est tout aussi important de ne pas négliger les moyens de faire revenir les internautes sur votre site en gardant le contact avec eux par tout moyen que ce soit.

Capitaine commerce : Conception de site : optimiser les parcours clients (1)

Premier article sur les différentes pistes d’optimisation de l’expérience utilisateur et de la relation client dans le cadre d’un e-commerce.

Premier article d’une série sur l’optimisation d’une boutyique en ligne, je vous conseille de suivre le blog Capitaine Commerce, si ce n’est déjà fait.

Site de la DRTEFP des Pays de la Loire : zéro pointé

Pour ceux qui ne savent pas, la DDRTEFP (la DRTEFP, ça dépend) c’est la Direction Départementale et Régionale du Travail, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle.

Adresse du site : http://www.paysdl.travail.gouv.fr/

On va passer très, mais alors très vite sur la construction full tables et l’accessibilité pitoyable pour un site du service public, on va dire que le site est ancien et en cours de refonte (on peut rêver).

On va aussi passer sur le design qui ne rend pas justice à une des régions les plus riches de France, on ne va pas parler non plus de la navigation hasardeuse et de l’expérience utilisateur catastrophique.

On va parler de l’information.

Et cette information, elle tient en une recherche, une seule, je vous laisse juger de sa pertinence :

Déclaration des organismes de formation

Le captcha de la mort

Les habitués du blog connaissent mon amour des Captchas, premièrement pour des questions d’accessibilité et deuxièmement parce qu’ils sont un frein à toute action spontanée des visiteurs de vos sites, comme par exemple laisser un commentaire sur un blog.

Rien de plus énervant qu’un captcha illisible qui vous force à renvoyer votre commentaire 2 ou 3 fois.

Un membre des forums SEO Sphère semble avoir trouvé un champion toute catégorie, le captcha du formulaire d’inscription des forums du site pompiers.fr.

Voici ce à quoi il a été confronté :

le captcha de la mort

Non, ce n’est pas un fake, je suis allé vérifier le système de captchas du forum et c’est assez impressionnant, voici un petit florilège des captchas texte (et oui, en plus ils mixent) :

Quel est le résultat de l’opération arithmétique de la ligne 2 ?
(36*6)+69=?
(30*8)+100=?
Utilisez uniquement des chiffres dans votre réponse. Par exemple, si le résultat est cinq, entrez le chiffre 5.

Quel est le résultat de l’opération arithmétique de la ligne 1 ?
47+38+96=?
300-81-3=?
Utilisez uniquement des chiffres dans votre réponse. Par exemple, si le résultat est cinq, entrez le chiffre 5.

Et un petit dernier graphique pour la forme après ils n’ont plus voulu de moi, j’avais dépassé le quota de tentatives d’enregistrement :

Le captcha de la mort 2

Ca se mérite vraiment de devenir pompier et c’est difficilement accessible aux personnes handicapées.

Le nuage de tags (tagcloud), gadget inutile ?

A en croire les résultats de cette étude, 88% des internautes n’utiliseraient jamais ou seulement une fois de temps en temps les tag clouds. Ils seraient même 65% à ne jamais les utiliser. Quand on les interroge sur l’utilité des nuages de mots, 68% répondent qu’ils sont la plupart du temps inutiles.
Sébastien Billard : Des statistiques sur l’utilisation des tag clouds.

Je vous conseille particulièrement la lecture des commentaires.

Pour ma part, du coup, je me suis amusé à faire un petit test pour voir si les tags présents, soit dans le Nuage de Tags en fin de page, soit dans les tags liés à chaque article (en fin d’article) sont cliqués par les visiteurs.

Le verdict tombe rapidement, d’après Google analytics : non.

J’ai utilisé l’outil synthèse/données site que l’on trouve dans l’onglet contenu qui permet (en gros) d’avoir un aperçu graphique du nombre de clics (en pourcentage de clics ou par clics) sur chaque lien du site.

Pour le nuage de tags, ça donne ça :

pourcentage de clics sur les liens du nuage de tags

Au mois, c’est clair, même si, il est vrai, mon nuage de tags se trouve en bas de page et est donc peu visible. Pour confirmer, je suis allé vérifier plusieurs articles fortement visités et les résultats sont globalement les mêmes sur les liens de tags en fin d’article.

D’un autre côté, les résultats pour les clics sur les liens de rubriques sont a peu près les mêmes, par contre le taux de clics sur les liens de pagination en bas de page sont significatifs, ce qui tendrait à penser que les lecteurs de blogs (du moins sur le mien) ont des habitudes d’exploration linéaire et chronologique.

Alexa s’invite dans votre navigateur

Il y juste quelques instants, je voulais utiliser l’outil « site info » d’alexa pour prendre quelques renseignements sur un site précis.

Comme à mon habitude, je tape l’url dans ma barre d’adresse Firefox (oui, je sais, favoris, web 2.0 tout ça…) pour faire ma petite recherche, et là surprise. Un onglet Jaune orangé vif apparait en haut à droite de la page me proposant d’ajouter Alexa à la liste des moteurs de recherche pré intégrés.

Une image valant parfois plus que des mots voici à quoi ça ressemble :

Capture d'écran de l'onglet Alexa sous Firefox

Je décide de vérifier avec IE7 qui a intégré cette possibilité de préconfigurer différents moteurs de recherche et bingo, on à le même onglet.

Capture d'écran de l'onglet Alexa sous Firefox

Par contre, ça ne fonctionne pas avec Opéra, mais je n’ai pas la toute dernière version.

Quel intérêt me direz-vous ? Juste que je trouve la démarche intelligente et bien réalisée, le bouton attire immédiatement l’oeil de par son contraste avec le design général d’Alexa, le texte est explicite et bien servi de plus par la flèche pointant parfaitement l’espace outil concerné de mon navigateur (je suppose en configuration par défaut, je n’ai pas testé si on pouvait déplacer le menu de moteurs de recherche dans l’interface).

Un moyen d’auto promotion bien fait, la preuve, j’ai craqué, je l’ai ajouté.

Mise en ligne de projet : Blog du G.I.E Espace Innovation

Projet d’habillage et de création de template personnalisé de blog Typepad :

Capture d'écran du site espace-innovation.fr

Espace Innovation a été créé à l?initiative de ses trois membres fondateurs, les sociétés RC&A, Factorielles et Avensi Consulting, afin d?aider exclusivement les experts-comptables à formaliser et à professionnaliser leur offre de conseil et plus généralement leur service client.

Source : http://www.espace-innovation.fr

Projet intéressant, des clients motivés et impliqués comme on aimerait en voir plus souvent.

Comme d’habitude, un billet parlant du déroulement du projet devrait être rédigé dans les jours à venir.

PS : je suis quand même un peu jaloux, même pas une journée d’existence officielle et déjà 26 commentaires.

Les métiers du web : Ergonome

Après quelques semaines d’attente, je viens de recevoir le texte présentant un métier du web du premier courageux : Raphaël de Robiano alias Raf.

Il nous explique son point de vue sur son métier lié au web : ergonome.

Rappel du billet d’origine : Tu fais quoi déjà comme boulot ?

Raf a donc répondu à la série de questions pour donner sa vision de son métier, je vous livre ses réponses telles quelles, avec quelques ajouts pour expliquer quelques termes techniques.

Une petite présentation

Je suis Belge, habitant à Bruxelles et j’ai 27 ans.
Je suis un sportif (mini foot, tennis, snowboard, cours à pied), j’adore le foot (Anderlecht ;-)), je suis aussi friand de rock belge (Ozark henry, dEUS, Zita Swoon, Hooverphonic, etc) & de rock alternatif en général, je joue un peu de guitare acoustique et je vis depuis un an avec ma copine qui est comédienne.

L’intitulé de ton métier

Officiellement : Consultant en architecture de l’information dans la Cellule Stratégique d’Emakina (www.emakina.com), mais on conseille aussi en e-marketing, référencement, accessibilité, etc.

Je me dit généralement ergonome web ;-)

Cursus initial

  • Je suis licencié en communication appliquée (www.ihecs.be)
  • j’ai ensuite fait une formation professionnelle d’une durée de 3 mois au CEPEGRA (www.cepegra.be)
  • puis j’ai entrepris un D.E.S. en ergonomie à l’Université Libe de Bruxelles (www.ulb.be)

TA définition de ton métier

Pour moi, il s’agit de mettre l’utilisateur au centre de la conception du projet (par l’ergonomie, l’architecture de l’information, la findability, l’accessibilité, l’utilisabilité, l’IHM, etc), tout en gardant un oeil sur les objectifs du client (marketing, branding, référencement, etc).

Mon métier consiste à produire des flowmaps, des sites map, des wireframes, … que je présente au client afin de voir si c’est bien ce dont il a besoin. Ce que je lui apporte c’est ma connaissance de l’internet et des utilisateurs. Pour affiner tout celà, des tests utilisateurs, de l’eyetracking, du card sorting, du questionnaire, et différents outils de l’ergonomie peuvent être également envisagé (selon besoins et budgets).

C’est un métier émergeant mais encore très peu connu (les gens confondent avec agronome ou ils connaissent l’ergonomie des tables/chaises/postes de travail/semelles/ etc) c’est pourquoi je l’explique souvent en expliquant :

  • qu’ils sont déjà certainement allés sur un site sur lequel ils ne trouvaient pas l’information qu’ils cherchaient, alors qu’ils savaient que l’info était pourtant sur ce site
  • ce n’est pas eux qui sont bêtes mais c’est que le site est mal fait, et donc pas ergonomique car pas adapté à leur besoin/compréhension
  • mon métier c’est faire en sorte qu’ils comprennent directement où ils sont dans le site, ce qu’ils peuvent y faire, comment ils peuvent le faire, etc et que c’est généralement de la simplification/adaptation.

Pour beaucoup de monde dans le milieu du web et de l’IT, l’ergonomie se limite à quelques règles (3 clicks, 7 élements de menu, etc) et du bon sens alors que c’est du cas par cas et que c’est une discipline discipline scientifique à part entière.

Ma définition : ergonomie = recherche de la meilleur adaptation entre un objet (site web pour moi) et les utilisateurs

Les compétences professionnels qui te semblent incontournables

  • Sens de la relation client
  • Sens de l’empathie
  • Savoir vulgariser & expliquer simplement
  • Savoir travailler sur de l’abstrait, du conceptuel
  • pouvoir leader un projet
  • Avoir certaines connaissances en programmation, design, hébergement, etc et pas qu’en ergonomie, accessibilité etc
  • sens de la négociation (clients, informaticiens, etc)
  • savoir faire des présentations (power point etc) et tenir des réunion
  • faire un minimum de veille, se tenir au courant : curiosité, envie d’apprendre, intérêt pour le hightech

Merci Raphaël pour cette définition personnelle de ton métier. Comme prévu, si vous avez des questions ou des compléments d’informations ou même votre vision de ce métier, n’hésitez pas à commenter ou m’envoyer vos informations par email.

Comportement utilisateurs : vous préférez faire défiler les pages ou naviguer ?

Petite question qui me vient suite à un échange de mail avec Mike (Mots and Co).

Mike utilise sur son blog un script qui affiche automatiquement les articles précédents à la suite de la page active.

Il semble en retirer un certain bénéfice, en profondeur de lecture de ses visiteurs, en clair, depuis qu’il a installé ce script en place, son nombre de pages lues par visiteur a sensiblement augmenté.

D’après les retours de visites sur son blog, peu de visiteurs naviguent en utilisant les rubriques, alors que chez moi, les nouveaux visiteurs, au contraire, semblent chercher à s’orienter justement en utilisant les rubriques.

D’un point de vue purement professionnel, on peut remarquer un fait notable, sur l’AJblog les rubriques sont en haut de page, et assez bien identifiées (enfin moins dans ce nouveau thème mais c’est en cours de réflexion), alors que sur le blog de Mike, il faut faire défiler trois écrans complets pour y accéder et elles se fondent dans la masse d’informations de la colonne.

Bref, pour revenir au sujet du titre, il faut quand même bien constater qu’avec l’avènement des blogs, les pages web ont gagné considérablement en hauteur, à tel point qu’il est fort possible que les comportements utilisateurs se soient radicalement modifiés (voir le billet de Sébastien billard sur le sujet : Quel comportement de l’utilisateur face au scrolling ?).

Personnellement ma préférence va toujours au surf « classique », j’aime naviguer de rubriques en rubriques, les pages trop longues ont tendance à me décourager.

Mais quand même, ça donne à réfléchir… est-il possible que cette modification de comportements, due principalement aux blogs, puisse avoir un impact sur la construction de sites plus « classiques » ?

Le lecteur habitué à faire défiler, même de longues pages, ne va-t-il pas s’arrêter justement au contenu de la première page, habitué qu’il est à avoir une masse d’informations importante sans utiliser le moindre clic de souris, ne va-t-il pas devenir feignant du clic et ne plus chercher à creuser plus loin ?

Je vais réfléchir à ça tiens.

Mais bon, au final, vous êtes plus « scroll » ou « navigation » ?

Le 1024 ne sera pas la prochaine résolution de référence

A l’heure où de plus en plus de développeurs de sites internet se posent la question du callage de leurs designs sur le 1024 X 768 (appellons-le 1024) en dépassant le bon vieux 800 X 600 (appellons-le 800), je me pose plutôt cette question : et si le 1024 était « zappé »?

Bien que la meilleure solution est de choisir un design « fluide » (qui s’adapte à la résolution de l’écran) pour créer un design évolutif, on ne peut, en général, construire un site sans partir d’une résolution de référence.

On le voit bien, le 800 disparait de plus en plus, et le 1024 représente le gros du marché, mais…

Mais, les écrans plats percent le marché à grande vitesse, qu’ils soient « larges » ou « normaux », avec leur cortège de résolutions toutes plus fortes les unes que les autres.

De plus, ces écrans sont en général « otpimisés » pour une résolution précise.

Les nouveaux utilisateurs semblent préfèrer les écrans larges, ceux qui leur permettent de regarder leurs films en 16/9ème, qui agrandissent leur espace de travail, il suffit pour ça de voir les offres pour les ordinateurs portables ou les stations de travail.

C’est un élément que nous allons devoir prendre en compte dans nos designs, un nouveau format, un surplus d’informations, un moyen d’optimiser notre ergonomie, pas forcément simple à appliquer mais nous allons devoir très sérieusement y penser.

Le 1024 est à peine arrivé aux 50% d’utilisateurs qu’il est déja très sérieusement talonné par de plus fortes résolutions et surtout par celle qui, je pense, risque d’être la prochaine résolution de référence : le 1280×1024.

Je vous rassure, je n’oublie pas les supports nomades avec leurs petits écrans, le design « fluide » ou « alternatif » est là pour ça.