Real-url.org : droit de réponse

Suite à mon article sur le problème des pings d’articles réalisés par le site real-url.org, un des membres de l’équipe du site est venu expliquer le fonctionnement et le positionnement du site dans les commentaires.

La réponse étant longue, argumentée et posée, je vous la livre ici pour plus de visibilité et donnerai ma propre réponse en dessous.

Salut Aymeric et merci pour ce post exclusif :)

Real-url n’a pas été pensé comme une usine à backlinks mais plutôt comme un service qui permet enfin aux bloggers de savoir que leur article a été twitté et par qui. Ce système fonctionne exactement comme un système de pingback classic.

Le nombre de pingback est limité à 1 par twitt’ il est donc plus qu’impossible que tu aies deux fois le même pingback.

Quant au fait que nous passions par une page “à nous”, il faut savoir que pour valider un backlink il faut que la page source contienne l’url de l’article ce qui n’est pas possible dans un twitt (merci la tinyurl ;) ). Cet intermédiaire est d’ailleurs un excellent moyen de limiter le spam provenant de méchants bots (que nous detectons) mais c’est un autre débat.

Comme tu le sais les pingbacks et autres trackbacks sont tous (ou en majorité) en “no follow” nous ne tirons aucun avantage de ces derniers (c’est pas le but). En revanche nos liens sont tous en “do follow” ;)

Tu remarqueras que nous avons choisi une tld en .org alors que les .com et autres tld commerciales étaient dispos. Une raison simple : nous ne voulons pas commercialiser / gagner de l’argent avec notre service et le .org est un bel étendard.

Nous n’utilisons que les infos provenant du flux public de Twitter (contrairement aux spammers et autres bots).

Enfin, notre but ultime est de proposer un service inédit, assez intéressant et désintéressé contrairement aux  agrégateurs de twitt’s plus ou moins connus (cf le comment précédent + divers articles + diverses applications de tracking dont celle de yahoo).

Nous avons très peu de mauvais retours et je pense que ça valait le coût de répondre à ton post.

Si tu as des questions / conseils n’hésite pas à nous contacter via l’email que nous te laissons :)

L’idée de créer un service permettant de tracer la publication d’un de ses liens est plutôt bonne, même si je pense que l’usage du pingback auto est mauvaise.

Personnellement je vois plus un service à la demande; je viens sur real-url.org, je rentre l’url de mon site/blog dans un champ de recherche et obtiens la liste des twitts ou une de mes pages est liée.

Concernant les backlinks, sur l’AJblog tout est en dofollow et de nombreux sites/blogs le sont aussi.

Concernant le nombre de pingbacks, l’article à l’origine de ma découverte du service et donc de mon coup de gueule a été pingué 2 fois, un premier trackback a placé hors ligne mais un second est arrivé dans les 5 minutes qui ont suivi.

J’ai bien vu qu’il n’y avait pas de publicités sur le site, ce qui a pondéré le contenu de mon article coup de gueule.

Merci encore au membre de l’équipe d’avoir répondu de façon complète et posée à mon article, mais je pense toujours que le trackback n’est pas la bonne solution, potentiellement trop polluant.

Comment gérer les trolls sur votre blog ?

Je suis toujours étonné de voir les questions que peuvent se poser les uns et les autres face aux commentaires haineux, désagréables, provocateurs, etc.

Plusieurs fois sur Twitter, je vois des questions se poser, du type : j’ai un troll sur mon blog, je ne sais pas comment réagir, tel commentaire est limite qu’est ce que je dois faire ?

Une seule réponse : supprimez le.

Vous voyez, c’est simple dans le fond, il suffit de cliquer sur un bouton ou un lien, rien de plus.

Au pire, vous pouvez juste le mettre hors ligne pour garder une trace si la chose se répète et déposer une plainte à son FAI (vous avez son IP la plupart du temps) si les commentaires deviennent vraiment injurieux ou litigieux.

Rappelez vous cette phrase que pourtant vous connaissez toutes et tous : dont feed the troll. Il ne cherche que ça, la confrontation, que vous lui donniez de l’importance.

Ne lui faites pas plaisir, oubliez le aussi vite qu’il est venu et si il s’acharne, un petit ban par IP (si vous en avez la possibilité) gère très bien le problème.

Un dernier point qu’il ne faut pas non plus négliger, si votre blog est votre outil de travail, vous avez tout un bataillon d’outils juridiques à votre disposition, parlez-en à votre avocat, croyez moi, une lettre d’avocat, ça calme même le plus teigneux des trolls, ça leur remet tout de suite les pieds sur terre et leur rappelle de façon douloureuse qu’internet, c’est tout sauf anonyme.

Référencement Google d’un billet de blog

Suite a de petits soucis avec les services Google qui m’ont fait perdre pas mal de positionnement dans les SERP (Search Engine Results Pages) j’ai décidé, enfin, de m’occuper sérieusement de mon référencement (tiens ça je l’avais déjà dit en Octobre, mais j’avoue que je n’avais pas eu le courage de le faire sérieusement).

Parce qu’il faut bien l’avouer, et je ne l’ai jamais caché, mon blog, c’est mon outil de communication numéro 1 (ceux qui me connaissent savent que je ne fais pas de prospection) et mon plus gros apporteur d’affaire (mes 3 plus gros clients m’ont contacté suite à un passage sur mon blog), il est donc légitime que je m’en occupe sérieusement.

J’ai donc décidé de surveiller le comportement de Google sur un billet potentiellement apporteur d’affaires : Réaliser un site internet avec WordPress.

Je vous rassure, je ne fais pas mes articles avec comme seule finalité de capter du client, mais cette dimension rentre quand même en ligne de compte pour certains d’entre eux (un peu).

Donc, je publie mon article comme d’habitude et je décide, pour une fois de suivre son parcours dans les SERP sur une requête spécifique : Site internet WordPress.

Ce n’est pas forcément une requête que des clients potentiels utiliseront, mais elle est suffisamment concurrentielle (4 à 6 millions de résultats en fonction du data center) pour être significative en terme de positionnement et surtout très proche du titre du billet et de son contenu.

Je préparai donc mon article quand je suis tombé sur une discussion sur le très sympathique Forum Seo Sphère ou un intervenant se posait des questions sur le yoyo que subissait une de ses pages nouvellement créée dans les SERP.

Un des membres du forum lui apporte la réponse suivante, très complète et qui confirme certaines choses que j’ai observé et dont je vous parlerai après la citation :

Le cas classique est celui décrit par Bertimus (les pages sont indéxées rapidement, puis desindéxées quelques jours, puis réindéxées définitivement). Je pense, mais ceci n’engage que moi, que le facteur déterminant ce processus est le flux de popularité qui arrive (ou pas) sur le site en question.

En fait si tu soumets un nouvel article sur :
* un média social sur lequel les bots de Google sont quasiment 24h/24,
* sur un annuaire dont la page Nouveautés est ultra-visitée par les bots de Google,
* sur un blog faisant partie des stars de la blogosphère (trafic, positionnements)
* etc

Ton article va alors être très vite indexé car il reçoit un fort afflux de jus de liens pendant 24h ou 48h. Mais que se passe-t-il ensuite ?

* sur le média social, ton article sort des nouvelles soumissions et disparaît dans les méandres.
* sur l’annuaire, la page Nouveautés ne gardent que les soumissions des 3 ou 5 derniers jours, donc ta page échoue au fin fond d’une catégorie jamais visitée par les bots.
* sur un blog, d’autres billets plus récents viennent déjà remplacer celui où tu as posté ton commentaire en DoFollow.

Résultat ? Le flux de liens se tarit, et ta page se retrouve en 48h ou 72h complètement livrée à elle-même. A ce moment-là, ce qui se passe dépend totalement de la popularité de ton site.

Si ton site (pas la nouvelle page, mais le site) concentre un jus de liens important venant du reste du web, en clair s’il a plein de backlinks, la page va en bénéficier et revenir toute seul dans les résultats. Mais cette fois portée par les BL que tu auras toi-même soigneusement enmagasiné au cours des mois ou années qui précèdent.

Si par contre ton site reçoit peu de jus, s’il est peu linké, cela signifie pour Google qu’il est peu populaire. L’algorithme de Google est entièrement basé sur un mécanisme appelé le PageRank qui consiste à évaluer la valeur des pages web en fonction de leur popularité.

C’est pour cela que des sites même fortement dotés en contenus peuvent être perdus dans les méandres de Google. A l’inverse je peux te parler dans mon secteur d’activité d’un site de 9 pages (neuf pages) qui passent loin devant des dizaines de sites comprenant des centaines de pages. Pourquoi ? Popularité (BL).

Mais revenons-en à ta question !

Si ton site est neuf au point d’être peu ou mal linké, Google peut mettre un mois, deux mois etc… à faire revenir ta page. Il y a d’ailleurs certaines pages qui ne reviennent jamais dans les résultats : soit parce que les contenus sont insuffisants (mais ça, c’est un problème classique d’optimisation in-pages ou de duplicate content), soit parce que tu travailles sur un nom de domaine qui a un historique défavorable (exemple, il a été parqué par un domaineur) et là tu ne comprendras jamais pourquoi tu ne réussis rien à indexer.

Attention, un site bien linké va au contraire réussir à faire ranker des pages même si elles ont des contenus maigrelets. Pourquoi ? Popularité (BL).

Si par contre ton site est populaire (cf Bertimus), ta nouvelle page va revenir très fort au bout de 3 ou 4 jours, et peut-être même plus haut que là où elle s’est positionnée lors de sa mise en ligne.

Regarde l’exemple du concours SEO ! Le site de la French Team sort très vite une page maigrelette (vite-fait, mal-fait) et elle se retrouve en quelques heures n°1 sur la requête. Pourquoi ? Popularité (200.000 BL).

Fred, éditeur du Portail du Web

Fred a très bien résumé ce « problème » des articles de blogs inscrits dans de nombreux noeuds d’information ou agrégateurs de flux « indexables ».

Via les pings de services (ou services de pings, au choix), un blog visible verra son article positionné quasiment en temps réel par Google puis… disparaitre de l’index.

L’article se repositionne ensuite pendant un laps de temps un peu indéterminé qui, à mon humble avis (ça c’est pour les gens qui me demandent ce que veut dire AMHA quand je l’utilise) suit une base stable influencée par les nouveaux backlinks « naturels » que cet article suscite.

J’ai une exemple très clair avec l’article dont je parle plus haut (Réaliser un site avec WordPress pour ceux qui ne suivent pas) sur la requête « site internet WordPress ».

Il est apparu en première page de résultats sur la requête « site internet wordpress » dés le premier jour de publication puis a disparu… remplacé en première page par un ancien article parlant d’un autre projet de site réalisé avec wordpress qui étrangement, ne s’était jamais aussi bien positionné.

Le nouvel article avait par contre complètement disparu des SERP.

J’ai suivi le retour du nouvel article, il est réapparu au bout de deux jours en 3ème page de résultats de Google, puis jour après jours est remonté jusqu’à se positionner en deuxième place des résultats sur la requête testée.

Dans la série des choses intéressantes sur ce petit test :

  • L’ancien article traitant d’un sujet similaire ne s’était jamais aussi bien positionné.
  • L’ancien article apparaissait dans les résultats Google sous son précédent titre que j’avais pourtant changé il y a un bon mois, aujourd’hui il apparait bien sous son nouveau titre.
  • Le nouvel article est resté en deuxième page de résultats Google pendant trois jours et est remonté en première page dés que les backlinks naturels créés par des lecteurs ont été pris en compte (suivi via Google Webmasters tools et d’autres outils).
  • Je truste 3 des 4 premiers résultats sur la requête « site internet wordpress » :
  • Mon nouvel article est en deuxième position, l’ancien article est en résultat complémentaire et le nouvel article publié sur le site tutmarks est en troisième résultat.

Fait amusant, le temps que j’écrive cet article, la page Tutmarks à disparu des SERP, sachant que je l’ai enregistrée une bonne semaine après la publication de l’article d’origine, je pense que je vais suivre son évolution également..

Donc, tout ça pour dire que si un de vos articles apparait rapidement dans les SERP puis disparait, pas d’inquiétudes, il va revenir et si c’est un article de qualité, que des personnes vont citer et lier, il reviendra probablement en meilleure forme qu’au début.

Retour au boulot

On finit de construire le web dans le centre de Lyon vers 2 heures du matin, le temps de choper un taxi et d’aller faire dodo, car la journée du vendredi va être très longue…

7h30, je réalise que, oui, définitivement, loger devant une école primaire est une très, très mauvaise idée surtout quand la fenêtre de la chambre n’a pas de double vitrage. Laisser ses enfants à la maison et se faire réveiller super tôt par une bande de gnomes braillards, c’est quand même très légèrement ironique.

On profite un peu du méga centre commercial proche de la gare en attendant le repas du midi, et c’est parti pour refaire le web, ah non, en fait, on va parler blogs.

Forcément quand on mange avec Florent.V, Nilo (préviens moi si tu veux que je colle ton url), Eric Dupin et Henri Labarre, on cause de quoi ? Blogs, trafic, référencement, monétisation, rédaction… c’est un peu réducteur mais très proche de la réalité (bon d’accord, on a aussi parlé business).

Direction mon rendez-vous, 3h de discussions, d’explications, d’études, très intéressant, mais je finis sur les rotules, heureusement que Than a annulé notre rendez-vous du soir pour cause de piscine, je me vois déjà me coucher tôt et prendre mon train du lendemain matin frais et reposé.

Mouais, j’ai commencé à douter de la possibilité de me reposer quand une sono au loin a commencé à hurler de la musique « populaire », après une analyse rapide, le verdict tombe : fête de quartier.

Et quand les Lyonnais font la fête, ça s’entend, croyez moi.

Blog WordPress : Le blog de Fifi Mandirac

Petite discussion téléphonique, explications, merci, au revoir.

Un appel comme j’en reçois finalement assez souvent et qui donnent rarement lieu à production.

Finalement, un mois ou deux plus tard, je ne sais plus exactement, Fifi Mandirac me contacte de nouveau, par email cette fois-ci, pour me rappeler notre discussion, m’envoie une maquette graphique de son blog, me demande un prix, le Projet Fifi mandirac était lancé.

Pour la technique et les connaisseurs, il s’agit d’une intégration faite autour d’une base de thème wordpress Sandbox, le bonheur du Designer CSS.

Pour le moteur de blog, du WordPress bien sur, avec quelques petits plugins tous simples qui répondaient au besoin de la cliente :

Pour l’instant, la newsletter est gérée par Zookoda, mais je pense basculer sur Subscribe2 dés que je jugerai le plugin apte à être utilisé en production.

Il reste quelques petits soucis à gérer, comme toujours, mais ça fonctionne plutôt bien, hormis un problème d’url rewrite qui semble ne pas fonctionner sur son serveur Dédié.

Le graphisme est bien évidemment l’oeuvre de Fifi Mandirac.

Pour le reste, je vous laisse découvrir le talent et l’univers de Fifi Mandirac sur son blog :

Capture du blog de Fifi Mandirac

Publicité, sponsoring… monétisation du contenu et effets pervers. Deuxième partie : Le contenu, cette nouvelle richesse

Le contenu, c’est pas nouveau

Les sites « persos » ne sont pas nouveaux, ils existent pour ainsi dire depuis les débuts de la démocratisation d’internet. Disons plutôt depuis que les fournisseurs d’accès proposent des hébergements gratuits avec leurs abonnements de connexion.

Ce qui a changé, c’est la relative facilité d’accès à des outils permettant de publier du contenu en ligne, je parle bien de contenu, et non pas seulement de textes.

Fichiers Vidéos, audios, images, et bien sur, les fameux textes.

Les évolutions technologies aident à « héberger » ces contenus, mais ce qui nous amène à la situation actuelle, ce n’est pas le problème de l’hébergement de ces contenus, mais bien leur diffusion.

Nous créons du contenu, mais surtout, surtout, nous faisons tout pour qu’il soit diffusé le plus largement possible, sacré Andy Warhol.

Les « anciens » gros sites de contenu, on les connait, ils s’appellent Forums, sites communautaires, sites d’information, portails.

Ne vous y trompez pas, hormis certains « blogs » anglophones, peu, pour ne pas dire aucun « blog » francophone ne peut rivaliser tant en terme d' »influence » que de trafic avec ces sites.

D’ailleurs, je ne sais pas si vous avez remarqué, mais au travers des blogs, via nos agrégateurs, nous nous construisons notre forum idéal.

Les sites « noeud » d’information l’ont bien compris, car si on y regarde de plus près, le fonctionnement est très proche de la page « Quoi de neuf ?/Les derniers sujets » que possèdent la quasi totalité des moteurs de forums et qui regroupe les derniers messages postés, toutes catégories confondues ?

L’explosion des blogs à créé une décentralisation de l’information, là ou avant on s’empressait de diffuser une info sur le Forum approprié, maintenant, on la diffuse sur son blog.

Chaque « blogueur » a commencé à générer son propre trafic, ses propres lecteurs, ses propres réseaux de diffusion, et croyez-moi, ça demande du travail, il était donc logique que la notion de « gain » fasse son apparition à un moment ou à un autre.

Toute peine mérite salaire

Nous gagnons tous quelque chose à « bloguer », tous, et ce quelque soit la forme de ce gain : satisfaction personnelle, image, financier.

Pour beaucoup des early adopters, ces gains sont venus sur le tard, ou plutôt, l’idée de retirer des gains financiers est arrivée sur le tard, les gains de satisfaction personnelle ou d’image étaient déjà là, alors pourquoi pas aller au bout de la logique et gagner de l’argent ? Et pourquoi pas vivre de son blog ? Comme un écrivain ou un journaliste vivent de leurs écrits, mais avec une indépendance comme on n’en a rarement vu.

Et c’est là que les ennuis commencent.

Bon, ce n’est pas intrinsèquement la faute des blogueurs, mais bien des diverses agences qui ont commencé à s’intéresser à ce « phénomène », les blogs à forte visibilité ont fini par très sérieusement intéresser le milieu de la com et de la pub. Ont suivi les entreprises avec un business model basé sur la communication via les blogs.

Le problème actuellement, c’est que de plus en plus de monde créé un blogue, non pas pour dire quelque chose, mais bien pour espérer y gagner quelque chose, et qu’est ce que ça donne au final, du contenu, du contenu et encore du contenu…

Trop d’information tue l’information.

Ou l’on reparle des blogs « influents »

Lors du précédent article, j’avais pointé le fait que dans la catégorie blogs « influents », les blogs technologiques trustaient la majorité des premières places des divers classements.

Plusieurs raison à ça.

Premièrement, beaucoup de personnes dans le milieu du web ont un blog, ensuite toute personne plus ou moins intéressée par le web finit par en avoir un. Et qui a un blog, s’intéresse aux blogs, ou aux technologies autour des blogs et parlent donc de ce qu’ils lisent.

Et il faut bien l’avouer, les blogs les plus anciens ou les plus lus, à un moment ou à un autre on tombe dessus, la majorité sont de qualité, bien renseignés, bien écris, alors on en parle à son tour, on les lit, on les cite.

Une autre raison à cette « toute puissance » des blogs technos, c’est qu’ils sont peu polémiques dans le sens « humain » du terme, on ne prend pas trop de risque quand on lance un petit troll sur Apple ou microsoft, le logiciel libre, les CMS ou que l’on parle du dernier service Web 2.0 à la mode, par contre s’engager politiquement, parler de sa vie, de sa sexualité, de la société, c’est s’engager personnellement, et ça, peu de personnes le font réellement.

Je pointe ici un des premiers effets pervers de l’évolution des contenus, ces blogs sont des sources d’information, parfois de réflexion, et sont donc cités, cités et cités encore.

C’est un des points qui m’a amusé lors de la discussion sur les billets sponsorisés, un des intervenants pointait le danger de la multiplication d’informations « semblables », mais c’est déjà le cas.

Combien de blogs font un billet pour annoncer la sortie du dernier Firefox ? La mise à jour du Firmware Iphone ? La dernière mouture de WordPress ?

Et les blogbusters alors ?

Pour les blogbusters (blogs à fort et très fort trafic), la problématique est toute autre et porte un nom : référencement.

La plupart des blogs à fort trafic parlent des choses recherchées par les internautes, ils suivent l’actualité générale, les dernières vidéos à la mode, tout ce qui a un fort potentiel viral, les exemples récents sont aisés à trouver : Laure manaudou quelqu’un ?

Le problème, c’est que certains de ces blogs sont extrêmement bien référencés et trustent de nombreux résultats de recherche dans les moteurs de recherche.

Pour reprendre l’exemple Manaudou, si vous faites une simple recherche sur son nom et prénom dans Google, vous allez avoir droit à ce dont tout le monde, ou presque, a parlé en Décembre, pas de l’information utile (en plus le site officiel est en rade au moment ou j’écris ces lignes), juste 40000 fois la même information.

Et quand je dis 40000, j’exagère à peine.

Et là, il y a un vrai problème. Ces réponses sont-elles pertinentes ? Répondent-elles à ma simple requête sur Laure Manaudou ? Non, elles me donnent juste des résultats de sites bien référencés, encore et toujours la même la même information.

Résultat, je dois filtrer plus que jamais l’information et mettre à profit mes connaissances pour chercher l’information utile.

Moi, je sais le faire, mais l’utilisateur lambda d’internet pour qui la recherche se limite à Google ou au portail de son FAI ?

Et la monétisation dans tout ça ?

Je partage la vision d’Arnaud Jeulin sur le sponsoring des gros Blogs, qu’ils soient « influents » ou « Blogbusters », et l’information récente semble donner raison à cette théorie.

Pour les autres, il restera les quelques euros ou dizaines d’euros gagnés via adsense, critéo, blogbang, ebuzz et compagnie, alors qu’ils feraient mieux d’aller boire un coup avec leurs copains.

Quand ils auront compris, peut être que les blogs « humains » retrouveront leur place dans cet océan de vide et de répétition.

En conclusion

J’ai bien peur que le phénomène ne s’amplifie encore pendant quelques temps mais je ne serais pas étonné que les acteurs de la recherche sur internet prennent des décisions dans les mois à venir pour reclasser tout ça.

Un exemple ? Je vois bien Google faire en second gros ménage et revenir à un modèle vieux comme internet : la classification. Les Blogs dans google blog search, les sites d’actualités dans Google News, etc…

Peut être garder le centre névralgique qu’est leur moteur de recherche, mais mettre en avant les moyens de recherche alternatifs pour palier aux faiblesses de leur outil principal.

Quand l’information se disperse, il faut la classer.

Evolution du référencement du blog : J + 3 Google fait joujou, Live fait la tête

Je sens que ça va être très intéressant à suivre ces évolutions de référencement.

Par exemple, sur la requête template joomla qui est une de mes meilleures sources de trafic, hier, j’étais perdu corps et âme pour notre ami Google. Aujourd’hui, je retourne en première page de résultats, mais avec la nouvelle URL. Mon meilleur positionnement sur cette requête à ce jour a été la quatrième position, à voir si je vais la retrouver.

Par contre, sur un bon nombre d’autres requêtes « clé », j’ai reculé, l’effet général est impressionnant, je vais bien voir l’évolution des comportements dans les jours à venir.

En gros pour l’instant, au bout de quelques jours, je suis à -20% de fréquentation générale du site via les moteurs de recherche. C’est surtout pour le moteur live de Microsoft qui du jour au lendemain à cessé de m’envoyer du monde alors qu’il était en perpétuelle augmentation depuis le mois de Septembre.

A bientôt pour le prochain épisode : Aymeric Jacquet à la conquête des annuaires.

Ils connaissent bien la faiblesse des blogueurs chez Wikio

Bonjour,

J’ai le plaisir de vous annoncer que notre classement a été mis à jour comme tous les 1ers du mois et que votre blog « AJblog – Aymeric Jacquet » figure en 94ème position de notre Top 100 consacré aux blogs « High-tech » les plus populaires : http://www.wikio.fr/blogs/top/high-tech

Si vous souhaitez afficher ce classement sur votre blog, il vous suffit d’insérer le code suivant :

Suivi des codes pour insérer les images de classements.

C’est bien présenté, ça titille la fibre « chevilles qui enflent » (ouais je suis dans un top et pas n’importe lequel), les boutons sont assez neutres et propres (en clair qui ne flashouillent pas de partout), je comprends qu’on soit tenté.

Bon, je fais le gars blasé qui n’en a rien à faire, mais dans le fond, je suis comme tout le monde, ça fait toujours plaisir.

PS : vous aurez compris, bien sur, que ce billet n’a comme seul but que de me faire mousser.

La tentation de "Buzzer" doit être grande

Un des reproches souvent fait à l’évolution qu’ont connu les Blogs (particulièrement cette année) c’est cette propension au vide, au buzz pur et dur, au relai d’informations sans valeur ajoutée.

La recette est simple, vous suivez les sujets chauds du moment, les requêtes les plus demandées aux moteurs de recherche, les hots Tags technorati, les dernières vidéos à la mode, et vous faites un billet dessus.

J’ai eu encore la preuve de l’impact que cela peut avoir hier en mettant en ligne un billet parlant de blogbang qui est sujet à controverse ces derniers jours, bilan, un gros boom de visites dans la journée.

Bon, ne vous inquiétez pas, je ne vais pas transformer le blog en simple relai de buzz, ça ne m’intéresse pas, et surtout n’intéresse pas mes lecteurs, mais je comprends que la tentation soit grande surtout quand vous avez un site rapidement indexé.

Chacun veut sa part du gâteau, son petit moment de gloire potentielle, mais franchement doit-on encore appeler ça des Blogs (terme qui pour beaucoup est maintenant assimilé à module d’actualités évolué) ou des sites relai ? Le rapport signal/bruit devient insupportable du fait de cette viralité pour qui n’est pas aguerri au tri de l’information, trouver l’information d’origine devient parfois un vrai parcours du combattant.

Pour le sérieux, je vous conseille de lire ce billet chez Burninghat (via Br1o) :
Internet ou la redondance de l?information

Ou pour l’humour (grinçant) chez Ploum (qui a eu son gros buzz ces dernières semaines ;) ) :
Toi aussi deviens un véritable blogueur Web 2.0

Au final, cela a un énorme impact sur nos habitudes de surf et la sélection de nos sources, il y a de nombreux blogs que j’ai fini par retirer de mes listes de flux à cause de ces comportements, car je devais trier l’information utile et personnelle au milieu d’un océan de buzz et franchement, ça me fatiguait.

Lors de la réunion sur les blogs d’entreprise à Lille, j’avais dit que l’honnêteté dans la démarche était primordiale, je préfère mille fois un Otto Chauffeur de Buzz qui annonce direct la couleur (du buzz, du buzz et encore du buzz) que les milliers de blogs pros ou persos qui font semblant, allèchent avec du contenu personnel quelques temps et finissent par ne plus faire que du relai d’information ou du billet purement orienté référencement.

Petite précision pour finir, je n’ai rien contre le relai d’information, au contraire, j’en fais moi-même quand je trouve une source ou un article intéressant, comme je conseillerais à un ami d’acheter tel album ou d’aller voir tel film parce que j’ai bien aimé, pas parce que tout le monde en parle.