Paris Web 2009, c’était bien

Oui, Paris Web 2009, c’était bien, encore mieux que Paris Web 2008. Je sais, c’est facile à dire et on dit ça chaque année en comparaison de l’année passée.

Mais croyez moi, si on le dit, c’est que c’est vrai.

Une organisation sans failles réalisée par des passionnés, des gens qui aiment ce qu’ils font et ça se sent, ça se voit.

Je le redis du fond du coeur : bravo et merci à l’équipe organisatrice de paris Web, vous faites un travail qui force le respect.

Passons aux conférences, j’avais fait un retour précis en 2007, pas en 2008 ou mon Paris Web avait été un peu « bordélique » entre la perte de mon téléphone et les dossiers à gérer en urgence.

Paris Web 2009 : les conférences du Jeudi

Utilisabilité : quand le webdesign rencontre le marketing

Par : Christophe Zlobinski-Furmaniak

Mon avis sur la conférence :

La conférence est intéressante, bien que déjà « sensibilisé » aux problèmes de marketing liés au design web, une piqure de rappel ne fait jamais de mal, Christophe est passionné par son sujet on pourrait même dire qu’il est habité, peut être un peu trop.

Le seul problème de la conférence, c’est que Christophe agresse un peu son auditoire en martelant ses vérités avec un arrière goût de « c’est comme ça et pas autrement » ce qui ne facilite pas forcément la discussion post conférence.

Webdesigner, l’homme qui parlait à l’oreille des intégrateurs

Par : Gilles Vauvarin

Mon avis sur la conférence :

Je connaissais le but de la conférence car Gilles m’avait fait parvenir un petit questionnaire sur le sujet de la relation designer / Intégrateur.

Gilles est à l’aise, il connait son sujet, on parle de problèmes relationnels et de communication entre les deux métiers, d’outils pour uniformiser les process de travail, beaucoup de réactions dans la salle, tout le monde se retrouve à un moment ou à un autre dans les sujets évoqués.

Ca se ressent dans les questions et les discussions post conférence et l’on pourrait résumer en un mot ce qui est nécessaire pour améliorer les relations entre les créatifs et les intégrateurs : communication.

Le Webdesign orienté business

Par : Jeremie Patonnier

Mon avis sur la conférence :

Deuxième conf sur le webdesign orienté marketing, le sujet est vaste et Jérémie nous apporte de nombreuses pistes de réflexion sur des sujets aussi divers que la relation client, l’intégration des problématiques marketing et ROI dans l’élaboration des designs.

J’ai beaucoup aimé la conférence, seulement, comme je l’ai souligné plus tard, on reste orienté « grands comptes », à nous de transférer les apprentissages dans nos process plus « modestes ».

Mobile, nouvelles fonctionnalités

Par : Charles McCathieNeville

Mon avis sur la conférence :

Charles a fait l’effort de faire sa conférence en français, d’un côté c’est appréciable pour les non anglophiles, d’un autre, ça retire pas mal de peps à la conférence.

Charles fait un tour d’horizon du marché des navigateurs mobiles, des technologies embarquées, des possibilités offertes à l’heure actuelle et à venir.

Je ne me suis pas encore trop penché sur le transfert de compétences vers le marché mobile, il me manque donc pas mal de connaissances pour apréhender certaines informations transmises lors de la conférence.

Webdesign et qualité

Par : Florent Verschelde (O2Sources), Benjamin De Cock

Mon avis sur la conférence :

Je connais bien les deux intervenants et il s’en sortent plutôt bien.

Une conférence pour les web designer, ergonomie, utilisabilité, expérience utilisateur, on passe tout au crible, les conférenciers sont habités par leur sujet et ça se sent, ils font passer leur passion et leurs connaissances avec facilité.

Paris Web 2009 : les conférences du vendredi

Référencement et standards web : la même destination

Par : Thierry Régagnon (RESONEO)

Mon avis sur la conférence :

Jusqu’à maintenant, les conférences traitant de référencement à Paris Web ne m’ont pas convaincu, trop orientées auto promo et « bisounours faites ce que google vous dit don’t be evil ».

Le début de la conférence me surprend très agréablement, Thierry connait très bien son sujet (le référencement) et drive parfaitement l’introduction de sa conférence.

La conférence traite surtout de l’effet de l’usage des micro formats et de RDFa dans les affichages des snippets dans les SERPs actuelles et à venir. Seul regret, pas d’informations sur un impact potentiel sur le positionnement, on reste plus dans des données marketing (SEM).

De l’ergonomie pour mon ecommerce

Par : Amélie Boucher

Mon avis sur la conférence :

Bonnes pratiques en matière de communication et d’ergonomie pour les sites d’ecommerce. Bonnes pratiques rentrant parfois en conflit avec les standards d’utilisalité.

Pensez vente et seulement vente, testez vos designs sur des groupes tests, connaissez votre cible, adaptez des bonnes pratiques commerciales qui ont fait leur preuves IRL, compensez le manque de conseil d’un vrai vendeur par de l’information distilée au bon endroit.

Amélie est habituée des conférence et ça se voit, bonne conférence, rien à dire.

ROI et performance web : intégrer la culture de l’optimisation à la stratégie internet

Par : Arnaud Brin

Mon avis sur la conférence :

Je vais être direct : chiant à mourrir.

Le sujet était potentiellement intéressant, mais au bout d’un quart d’heure de slides surchargés, j’ai décroché.

Arnaud à fait sa conférence comme on présente les résultats d’un audit à un client, en petit comité, et là, franchement ça ne fonctionnait pas du tout.

WCAG 2.0, Flash, PDF, Javascript et les autres sont dans un bateau…

Par : Aurélien Levy (Temesis), Sébastien Delorme

Mon avis sur la conférence :

Pas trop dur, les deux connaissent leur sujet sur le bout des doigts.

Présentation des WCAG 2.0, flash « accessible », PDF « accessible », ARIA outils open source, un beau tour d’horizon bien traité et bien géré.

Une seule question demeure, Aurélien, c’est quoi ton programme sportif ? On veut savoir, parce que l’année dernière, Aurélien, c’était plutôt comme moi, format Homer Simpson, et cette année c’est plutôt format athlète de compétition avec des bras comme mes cuisses.

Paris Web 2009 : les gens

L’autre grand point important de Apris Web, c’est la rencontre de plein de gens avec lesquels on échange toute l’année, soit sur leurs blogs, leur twitter, skype…

Cette année encore on a pu parler, partager, discuter, plus ou moins longtemps, mais se voir est déjà important.

Avec en vrac :

J’en passe et des meilleurs, j’ai parlé avec de nombreuses personnes dont je ne connaissais pas forcément le nom, surtout lors des repas du jeudi midi et soir, donc n’hésitez pas à vous présenter dans les commentaires si vous passez par là, j’aime bien savoir avec qui j’ai échangé.

Développeurs faites vous apprendre le html

Nuage de mots de l'article : développeurs, faites vous apprendre le html

Une constante, quand on fait un tant soit peu d’intégration html est de vouer aux gémonies les graphistes et leurs designs farfelus.

Ne dites pas non, je lis vos blogs ou vous suis sur twitter.

Mais sincèrement, si IE6 ne foutait pas autant le bordel, l’intégration html des maquettes de graphistes seraient en général gérées à grands coups de png transparent et tout se passerait pour le mieux dans le meilleur des mondes.

On parle moins souvent des résultats plus ou moins hasardeux des travaux des développeurs, parce que le développeur c’est sacré, et c’est teigneux.

Seulement, voilà, il ne faut pas se voiler la face, il est plus simple d’intégrer une maquette de graphiste en créant la structure html qui va bien que de styler et habiller des pages générées par un développeur pour qui l’html c’est juste un vague truc qui balise du contenu.

Un exemple simple et pas plus vieux qu’hier ou j’ai du intervenir sur un projet pour un truc relativement simple, un menu déroulant en CSS.

Le menu de base n’est en fait qu’une suite de liens <a> séparés par un | le tout bien rangé dans un <div>, ça c’est le plus simple à gérer, le plus compliqué arrive quand on se rend compte que les pages n’ont pas… de doctype. Et là, avec IE 6 ou 7, ça devient amusant de gérer un menu déroulant en CSS quand on peut se coller les commentaires conditionnels ou je pense.

L’html en mode Quirks, c’est amusant, 2 minutes… ou pas en fait.

Un autre grand classique; les plugins WordPress, ou tout autre CMS d’ailleurs.

On trouve un plugin puissant, qui répond parfaitement au besoin du moment, c’est cool, ça réduit les coûts.

On l’intègre, et au moment de vouloir l’habiller pour l’intégrer au design, l’horreur. De la soupe de balise incompréhensible, ni identifiants ni classes que l’on peut aisément styler à la volée. Il faut tout recoder proprement, ce qui, bien sur, pose de gros problèmes en terme de maintenance pour suivre les mises à jour de l’outil.

Je crois bien que le pire que j’ai pu voir dans le genre, c’était un plugin (je ne sais plus lequel) qui générait un formulaire brut de chez brut, avec des textes présentant les champs sans balise label, ni id ni class sur aucun élément, tout était placé en brut…

J’ai du placer une surcouche javascript pour pouvoir styler correctement le plugin, l’enfer.

Et je ne parle même pas des développeurs anglophones pour qui UTF8 se limite à un charset.

Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que l’on parle de plus en plus de développeur back et développeur front.

Mais quand même, s’il vous plait messieurs les développeurs, apprenez le html, ce n’est pas difficile de faire un petit effort, et ça rendra service à tout le monde, vous en premier.

Facebook, c’est pas pour les pauvres

Bon, histoire de pas mourir idiot, je re-teste facebook à l’occasion de leur redesign… Je lance le truc de récupération de password pour retrouver mon vieux compte que j’ai utilisé 5 minutes ya 67 mois, et la, je vois mon Firefox qui s’excite à transférer une tonne de trucs depuis login.facebook.com …

Mathieu Pillard : Faceboo! – blog.virgule.info

Pas moins de 8 appels à des feuilles de style CSS et 38 appels à des fichiers .js, je n’ose imaginer le poids des pages facebook, sans parler de la charge serveur, ni de la saturation mémoire du poste client, allez voir la liste, c’est impressionnant.

Via : embruns.

Site de la DRTEFP des Pays de la Loire : zéro pointé

Pour ceux qui ne savent pas, la DDRTEFP (la DRTEFP, ça dépend) c’est la Direction Départementale et Régionale du Travail, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle.

Adresse du site : http://www.paysdl.travail.gouv.fr/

On va passer très, mais alors très vite sur la construction full tables et l’accessibilité pitoyable pour un site du service public, on va dire que le site est ancien et en cours de refonte (on peut rêver).

On va aussi passer sur le design qui ne rend pas justice à une des régions les plus riches de France, on ne va pas parler non plus de la navigation hasardeuse et de l’expérience utilisateur catastrophique.

On va parler de l’information.

Et cette information, elle tient en une recherche, une seule, je vous laisse juger de sa pertinence :

Déclaration des organismes de formation

Article à lire : Les exigences de qualité sur le web, une donnée en hausse constante

Sur le blog de Frédéric de Villamil :

Les exigences de qualité sur le web, une donnée en hausse constante

Un très bon panorama des changements en train de s’effectuer au niveau de la clientèle et du marché, si vous n’allez pas le lire, vous allez vraiment passer à côté d’un des meilleurs articles sur le métier publié ces derniers temps.

Paris Web 2007 : premiers retours

Paris Web 2007 : les conférences

Premier jour : Jeudi 15 Novembre

Les enjeux de la production web par Samuel Latchman

En gros, une intervention sensée parler des difficultés de l’application de démarche qualité au sein d’une agence (pub, com, médias, rayez la mention inutile).

Je n’ai, personnellement, pas accroché à cette conférence, probablement parce que le fonctionnement de grosses agences pluri-disciplinaires ne m’intéresse pas.

Si vous voulez tout savoir, quand l’orateur parlait des problèmes de perception de compétences affiliées à un poste, j’avais juste envie de crier : « Embauchez du personnel qualifié » ou « Formez correctement votre personnel ».

Et maintenant, qu’est-ce qu’on met dedans ? par Michèle Pedinielli

Je n’ai presque aucun souvenir de cette conférence. Michèle Pedinielli m’a semblé un peu trop prêcher pour sa propre paroisse (rédaction et contenus) tout en laissant de côté la prise en considération globale d’un projet web qui pour moi est primordiale.

Utilisateurs et décideurs : à hue et à dia ! par Myriam Lorant

J’ai décidé de ne pas suivre cette conférence, en effet, en entrant dans la salle, j’ai senti Myriam, très, mais alors très stressée. Je suis ce que l’on appelle une personne « empathique », c’est très pratique dans mon métier pour me mettre en phase avec mes clients, c’est par contre insupportable quand vous êtes confrontés à des interlocuteurs en situation de stress car vous le vivez avec eux.

C’est dommage car j’ai eu des retours assez positifs de la conférence.

Voir le résumé par Frédéric de Villamil.

Le référentiel général d’accessibilité des administrations par Pascal Souhard, Aurélien Levy et Elie Sloïm

Conforme à ce que j’en attendais, c’est à dire rien de nouveau pour les personnes s’étant déjà intéressées et RGAA. J’y reviendrai probablement à l’avenir.

Accessibilité des vidéos et des sous-titres par Jean Louis Carvès

Première conférence à m’apporter de nombreuses choses, des logiques de travail, des outils, de la réflexion sur le fond. Conférence très intéressante, même si l’orateur, de son propre aveu, n’est pas un technicien.

Futur du HTML, où en est-on ? par Daniel Glazman

Tout ce que nous savions déjà pour peu que l’on fasse un peu de veille technologique : on n’est pas dans la m…. HTML5, ce n’est pas pour demain, et hélas je crois, tout comme Charles McCathieNeville (je crois bien que c’était lui) que les projets AIR/APollo et silverlight visent à plus ou moins long terme de se débarrasser des navigateurs et donc prendre la main sur l’internet que nous connaissons. L’inertie d’évolution de l’HTML ne nous aide pas à évoluer comme nous le désirerions (à noter que Daniel Glazman ne semble pas être d’accord avec cette théorie).

Deuxième jour : Vendredi 16 Novembre

Accessibilité des contenus PDF et Flash par Denis Boudreau

Pas vu, merci au Taxi réservé qui n’est jamais arrivé, très vexé car cette conférence était une de celles que j’attendais le plus.

Multilinguisme web et problématiques associées Stephanie Booth

Conférence très intéressante, menée d’une main de maître par une Stephanie Booth passionnée et habitée par son sujet.

Les notions de monolinguisme et multilinguisme présentées lors de la conférence ouvraient vraiment de nombreuses pistes de réflexions et des perspectives sur cet aspect du travail bien souvent oublié ou traité à la va vite.

AJAX et accessibilité par Michel Hoël

A l’ouest rien de bien nouveau, pour peu que vous vous soyez déjà penché sur ces problématiques.

Quelques pistes techniques intéressantes tout de même, c’est dans cette conférence qu’on a parlé d’ARIA ? J’ai un doute soudain.

Successful teams use web standards ! par Chris Heilmann

Crevé, je ne me sentais pas de suivre une conférence en anglais, oui je sais, c’est mal. Si quelqu’un sait où on peut trouver un résumé, je suis preneur.

Bonnes pratiques du Web mobile par Dominique Hazaël-Massieux

Je crois que la fatigue commençait à sérieusement se faire sentir, je n’ai que peu de souvenirs de cette conférence que j’ai pourtant écouté du début à la fin, le sujet m’intéressant fortement.

La Table ronde

Quelques retours sur certains sujets traités, il est dommage que tous les orateurs n’étaient pas présents. J’ai même réussi à me planter dans mon intervention, j’avais une précision à donner sur un sujet, on me file le micro, me voila begayant devant l’assemblée. Well Done !

Un point important pour moi :

Elie Sloïm précisant la notion de qualité (il était temps) avec le parallèle avec le monde industriel : Qualité ne signifie pas « haut de gamme », mais positionnement et procédures clairs signifiant de façon « normée » la qualité de vos produits et services.

Paris Web 2007 : les rencontres

Parce qu’il faut bien se l’avouer, le plus intéressant dans toutes ces conférences, colloques et compagnie, c’est bien les gens, les vrais.

Pour commencer Florent Verschelde et Igor Maynaud rencontrés le mardi soir, nous avions décidé de nous rendre à Paris en avance et en avons profité pour passer une soirée ensemble avant la grand messe du web. Et vous savez quoi ? Du côté de Montparnasse, il y a moyen de trouver des petits restos avec un patron sympa, des tarifs tout à fait acceptables et de la bouffe de qualité.

Ensuite un mix d’alsanautes d’O2sources guys et d’autres personnes du secteur avec dans le désordre :

  • Erwann SER
  • Elie Sloïm Temesis et opquast orateur remplaçant.
  • Monique « Accessibilité » Brunel Webatou qui nous fera un billet quand elle aura retrouvé une connexion digne de ce nom
  • Aurélien levy Fairy Tells toujours aussi passionné
  • Sébastien Delorme de tentatives accessibles avec qui j’ai pris grand plaisir à échanger sur l’accessibilité, je me suis senti moins seul dans mes visions de la chose.
  • Romain Berton alias Koala64 sur les forums alsacreations
  • Anne « nanoum » Weisbeck à qui je souhaite plein de bonnes choses d’ici quelques mois
  • Benjamin De CoCK Graphiste plein de talent, impliqué, intéressé, motivé, grand et costaud comme on les détestes
  • Jean Sébastien « O2ssources » Boyer qui a bien du mérite avec son équipe de bras cassés (voir ci-dessous)
  • Thanh Tung Nguyen aka Sutekidane aka Superchinois aka Le papa Geek en Tshirt rouge
  • Xuan Nguyen aka Xuxu avec qui j’ai eu une discussion très intéressante sur l’éducation des jeunes enfants aux nouvelles technologies. ;)
  • Raphael « God » GOETTER plus connu sous le nom de monsieur Alsacréations.

Et bien sûr pour la petite soirée finale du Vendredi soir loin de la fureur et du bruit :

  • Ma vraie/fausse cousine, Laurence Jacquet aka Hellgy redisdead, aphone, mais ça laissait plus de temps aux autres pour parler (oui, je sais, hôpital, charité, tout ça).
  • L’irremplaçable Kozlika et sa charmante progéniture. Je te souhaite, de nouveau et avec retard, un bon non anniversaire.

J’en oublie surement et je leur prie de bien vouloir m’en excuser, mais il y avait tellement de monde.

Paris Web 2007 : Conclusion

Un grand merci et bravo à l’équipe d’organisation, je n’ose imaginer le stress engendré par les grèves, vous avez très bien géré l’ensemble et ce n’est pas simple.

Paris Web, pour moi, a plus pour vocation de communication et d’information pour ceux et celles qui veulent s’informer sur les notions de qualité et d’accessibilité plus que de réelles conférences techniques pour des professionnels déjà impliqués dans ces démarches.

Autre point, plus difficilement cernable, plus une impression qu’autre chose, mais beaucoup de conférences étaient orientées « grands comptes », je crois qu’il serait intéressant, l’année prochaine par exemple, de prendre en compte des problématiques plus orientées « petits » projets et TPE/PME car le marché tend vers une forte bipolarisation des entreprises TPE/indépendants d’un côté, grosses agences de l’autre, et je crois que c’est une donnée à prendre en compte.

Cela ne retire en rien à la qualité et à la nécessité de ces conférences, juste que l’année prochaine, je n’en attendrai pas les mêmes choses.

En tous cas, longue vie à Paris Web 2008, j’en serai, soyez en surs.

Je serai présent à Paris Web 2007

Comme je suis passablement vidé suite à ma semaine de formation à Brest, je vais honteusement pomper la présentation de Paris Web 2007 de Florent V. :

Paris Web 2007, c’est la conférence pour les professionnels du Web qui s’intéressent aux questions de gestion de la qualité des sites web, à l’accessibilité, etc. Le programme de ces trois journées (15, 16 et 17 novembre) est alléchant, avec une orientation « technicien » (designer, intégrateur, chef de projet) plutôt que e-marketing ou Web deux point zéro.

J’ai confirmé mon inscription et planifié le déplacement.

Monique Brunel de Webatou, tient une liste non officielle des personnes inscrites sur son blog : Paris Web 2007, qui sera là ?.

Si accessibilité et qualité sont importants dans votre démarche professionnelle, que vous pouvez prendre un peu de temps et dépenser un peu d’argent (100 euros les deux jours de conférences et le troisième jour d’ateliers est « gratuit » coute 10 euros ), n’hésitez pas une seconde, en plus on pourra en profiter pour boire un verre ou manger un morceau.

Référencement, comportement utilisateur, réalité des blogs… un peu de tout en clair.

Un peu trop pris par le travail cette semaine, j’ai manqué de temps pour faire vivre le blog.

Etant toujours aussi pris par le travail, et oui même le week end, je vous livre tout de même quelques lectures intéressantes.

Oui, je sais cette info est assez ancienne, mais il faut bien rappeller l’existence d’Opquast, le projet ayant pris un peu de retard du fait des trop nombreux projets de la société Temesis.

  • La moitié des blogs seraient du spam déguisé, c’est pas moi qui le dit, mais le journal en ligne Wired : Spam + Blogs = Trouble (merci Fred Cavazza pour l’info)
  • Ca ne va pas arranger la confiance que les utilisateurs placent dans les blogs pour trouver de l’information : Les blogs n’inspirent pas confiance. (merci Legizz)

Et, c’est tout.

Bonne lecture,
Aymeric Jacquet

Accessibilité, qualité et référencement naturel

Le site internet de l’élévage du Gesvres est en ligne depuis un peu plus de deux semaines.

Ce site a été construit sur un moteur dotclear qui génère du code respectant les standards du W3C.

Le template html créé pour le site a été également construit en respectant ces normes et en intégrant un certain nombre de bonnes pratiques du WAI.

Voici un petit bilan après deux semaines d’existance sur différents groupes de mots clés :

  • elevage de chevaux de concours complet – 4eme sur google.fr
  • elevage de chevaux de concours complet pour 4eme categorie – premier sur google.fr
  • elevage concours complet – premier sur google.fr
  • concours complet – debut de troisième page sur google.fr
  • chevaux de concour complet a vendre – 6eme sur google.fr
  • bazoges CCI 2006 – 2eme sur google.fr alors que le titre vient d’une actualité qui a à peine une semaine
  • presentation elevage – premier sur google.fr (bon là ok c’est juste pour la frime)

Etc…

Alors oui effectivement, certaines de ces requètes sont très ciblées, mais n’est ce pas ce qu’un client attend? Des prospects qui n’arrivent pas sur son site par hasard, mais suite à une recherche précise? Et qui trouvent un site qui répond à cette demande, ou qui au pire, et c’est la position de l’élevage du gesvres, peut le mettre en relation avec un autre éleveur?

L’exemple de la requète bazoges CCI 2006 est là pour vous montrer également qu’un contenu étoffé et qu’un site qui évolue et a des choses à dire aux internautes gagne en visibilité car il étend ses possibilités d’être trouvé.

Mais, ne pas oublier que votre ligne éditoriale doit rester en relation avec votre activité, au moins le plus possible.

Cordialement,
Aymeric Jacquet

Liens d’évitement et politique d’accessibilité

J’ai trouvé ce matin sur les forums Webmasterhub une question qui, hélas, est trop souvent posée sur les différents forums traitant de près ou de loin de l’accessibilité à propos des liens d’évitement :

Est-il possible de les cacher via le CSS et comment?

Je vous livre en substance ma réponse sur le forum que je vais un peu étoffer par la suite :

Bonjour,
Display:none n’est effectivement pas la bonne solution.
De toutes façons les cacher par n’importe quel moyen n’est une bonne solution et ce pour plusieurs raisons.

L’accessibilité ne concerne pas seulement les handicaps visuels, mais toute forme de handicap. Ces raccourcis, si bien utilisés sont également utilisés par les personnes souffrant de handicap moteur et/ou navigant au clavier vu qu’ils permettent de passer les éléments non voulus et évitant par là de nombreuses manipulations fastidieuses.

Autre point qui me semble important, si vous vous investissez réellement dans l’accessibilité numérique : AFFICHEZ LE.

Si à force de voir ces liens en haut de page un peu partout, les utilisateurs finissent par se poser des questions, c’est déja un pas de franchi pour l’éducation et l’information.

Cordialement,
Aymeric Jacquet

Je reste personnellement persuadé que la meilleure façon de faire avancer la cause de l’accessibilité pour tous est de clairement afficher sa prise de position, de forcer la curiosité des gens, de faire en sorte qu’ils se posent des questions.

Sur le forum Alsacréations, il y’a quelques jours, un des intervenants s’est posé une question sur l’intéret de la page « politique d’accessibilité ».
Il soulevait là un point interessant :
Cette page n’aurait-elle pas pour seul but que de se donner bonne conscience, en apportant finalement des informations peu utiles aux personnes réellement concernées?.

Une sorte de petite « déclaration d’intention » ne concernant pas réellement les surfers souffrant de handicap, vu que eux connaissent déja les trucs et astuces pour naviguer dans les sites « accessibles » et hélas également non accessibles.

Je vous avoue qu’après réflexion, je n’étais pas loin de penser comme lui.

Finalement, cette question sur les liens d’évitement me fait voir les choses autrement.

En étudiant les statistiques de fréquentation de mon site, je remarque que la page de politique d’accessibilité du site ajcrea.com fait partie des pages les plus vues du site, rien d’étonnant, la liste de lien d’évitement contenant le lien vers cette page est la première chose que les visiteurs voient sur mon site.

Cette page n’est pas parfaite, elle fournit des informations qui ne sont pas forcément très utiles aux surfers « habitués », mais elle est lue, et souvent.

Si par la lecture de cette page, ne serait-ce que un seul visiteur décide d’en savoir plus et de se renseigner sur ce qu’est l’accessibilité numérique, alors j’aurais fait un peu avancer la « cause ».

Imaginez maintenant, que chaque webmaster, webdesigner, web agency, amateur ou professionnel affiche ces déclarations d’intentions, alors je pense que les gens prendront réellement conscience de l’importance du concept « d’accessibilité pour tous ».

Cordialement,

Aymeric Jacquet