En quoi consiste une prestation de référencement ?

C’est vrai quoi, c’est bien beau de dire « vous allez voir, votre site sera en première position sur Google en 24 heures chrono », mais concrètement, qu’est-ce que les méchants référenceurs vendent à leurs clients ? Du rêve ? De la magie ? Du vent?

J’avais prévu initialement de faire un article traitant des différentes polémiques ayant eu lieu ces derniers mois sur l’utilité du référencement, j’ai même commencé à le rédiger.

Si, à la place, je publie celui-ci, c’est que tout au long de la rédaction de l’autre article, un point revenait souvent : la méconnaissance réelle de notre métier.

C’est donc pourquoi j’ai décidé, avant de continuer plus avant ma réflexion, de faire un article essayant d’expliquer point par point les différentes étapes et aspects d’une prestation de référencement. Du moins, je vais essayer.

Attention : les procédures et méthodologies présentées dans l’article sont les miennes, elles peuvent donc varier d’un prestataire à un autre.

Cadre de la prestation :

Tout projet a ses propres spécificités. Pour éviter de partir dans tous les sens dans mon article, il est nécessaire de poser un cadre.

Le cadre sera relativement classique et représentatif d’un projet « standard » :

  • Contact d’un prospect qui souhaite améliorer le « référencement » de son site internet.
  • Le site est déjà existant.
  • Secteur moyennement concurrentiel (et oui, tout le monde ne veut pas forcément se positionner su « Viagra » ou « Casino »)

Nous avons là en général la base initiale d’informations et,  comme tout projet,  il va falloir clarifier la demande avec le client.

Méthodologie pré Devis :

Suite à un contact commercial, je demande toujours un entretien téléphonique pour discuter du projet.

En fonction des informations en ma possession, je prépare plus ou moins l’entretien. En gros, est-ce que j’ai en ma possession le nom de domaine du site qui sera concerné par la prestation ou pas ? Je vous vois sourire, mais certaines personnes sont un peu paranos et ne veulent pas donner trop d’informations par mail, ou alors elles ont tout simplement oublié.

Astuce : si dans un email de contact votre interlocuteur ne vous a pas donné le nom de domaine du site, vérifiez son email et si il se trouve lié à un domaine précis, utilisez ce nom de domaine.

 Préparer l’entretien :

Si vous avez le nom de domaine en votre possession, vous pouvez dors et déjà effectuer un certain nombre de vérifications qui vous seront utiles pour préparer l’entretien avec le client :

  • Effectuer un Whois pour connaitre l’âge du capitaine du site
  • Faire un tour sur archive.org pour voir depuis quand le nom de domaine est exploité (un nom de domaine peut être ancien mais n’avoir jamais été exploité)
  • Passer le site à la moulinette Google Adwords Keywords Tool (ou autre)  pour en tirer une première liste d’expressions en rapport avec le site et voir le degré de concurrence
  • Créer une liste d’une dizaine d’expressions « clés » et tester les positions du site
  • Faire un état des lieux des backlinks du site (permet souvent de savoir si un autre prestataire a déjà travaillé sur le site)
  • Faire un état des lieux rapide du site : technologie employée, facteurs bloquants flagrants, taille du site, etc.
  • Faire un état des lieux des pages indexées dans les différents moteurs de recherche.
  • Checker si le site utilise Google Analytics et si d’autres sites partagent le même compte

Il ne s’agit pas ici de pousser ces opérations comme on le ferait pour un audit complet, mais juste de préparer l’entretien avec le client.

L’entretien avec le client :

Muni de ces informations, vous pouvez maintenant discuter avec le client en sachant un peu plus de quoi vous allez parler.

En plus de ces informations, pour ma part, j’ai une petite checklist personnelle que j’utilise lors des entretiens :

  • Quel est le ROI espéré par le client : Contact qualifié ? Vente ? Augmentation de trafic (gain pub) ? Cette question est primordiale car elle orientera une grande partie de la prestation, ou vous fera éventuellement refuser la prestation car si le client ne sait pas où il veut aller, il vous sera difficile de le savoir à sa place.
  • Compte Google Analytics et Webmaster tools : si existants, est-il possible qu’il vous donne accès à ces données ?
  • Est-ce qu’il a déjà pensé à une liste de mots clés et d’expressions sur lesquelles il veut se positionner ? Lesquelles ? Dans quel ordre de priorité ? Peut-il les lier à des pages spécifiques du site ?
  • Les principaux concurrents sur le web sont ils déjà identifiés ? Ils peuvent être différents des concurrents « physiques ».
  • Le prestataire qui a réalisé le site est-il réactif ? Si non, est-il possible d’avoir la main sur le site pour effectuer des modifications ?

Muni de toutes les informations collectées, nous passons alors en phase de devis.

Rédaction du devis :

Chaque prestataire en référencement a sa propre façon de travailler, il est donc important de préciser au client ce qui sera contenu dans la prestation.

Les informations obtenues permettent de faciliter votre travail de cadrage de la prestation et de ciblage du devis.

Voici les différents types de prestations de référencement que l’on retrouve généralement :

  • Gestion de projet (voir la partie Gestion de projet)
  • Audit sectoriel et concurrentiel
  • Conseil pour la mise en place des mots clés et expressions à travailler (fonction du secteur, du ROI)
  • Audit technique et rédactionnel du site internet cible (qui est hélas « toujours » nécessaire)
  • Netlinking
  • Formation / transfert de compétences

Important : il faut bien comprendre qu’en fonction du projet, ces différentes prestations prennent plus ou moins d’importance. Un audit technique ne sera pas le même pour un site « plaquette » de quelques pages que pour un site « portail » de plusieurs milliers de pages avec des dizaines de modèles différents.

Pour un projet « standard » présenté dans la partie « cadre de la prestation » (restons sur un site internet « classique »), ma prestation se présente souvent sous la forme suivante :

Un première période d’un mois pendant laquelle j’effectue les opérations suivantes en relation directe avec le client :

  • Gestion de projet
  • Audit sectoriel et concurrentiel
  • Mise en place de la liste de mots clés et expressions à travailler
  • Audit technique et rédactionnel du site internet cible

Une fois que toutes les opérations à réaliser sont effectuées, nous passons à une période de 3 mois de travaux :

  • Gestion de projet
  • Netlinking

Au bout de cette période de 3 mois, un bilan « final » est effectué avec le client. Nous décidons alors si la prestation continue ou si elle s’arrête là. Ce choix est majoritairement fait par le client mais il m’arrive de mettre fin une prestation pour diverses raisons : mauvaises relations avec le client, certitude que le référencement n’est pas la réponse aux problématiques du client ou alors impossibilité de tenir les objectifs avec les moyens que le client alloue à la prestation.

Comme vous pouvez le voir, nous ne parlons pas là d’engagement immédiat de longue durée, mais uniquement sur 4 mois au total.

La prestation de référencement :

Voilà, vous avez bien fait votre travail et convaincu le client, il a signé. Il faut donc se lancer.

A partir de maintenant, je vais décrire ce qu’englobent les différentes prestations proposées dans la partie Devis.

Gestion de projet

Souvent utilisée comme partie de prestation « fourre tout » ou comme moyen de gonfler les devis, dans le cadre d’une prestation de référencement, la gestion de projet est d’une importance capitale et peut même parfois prendre énormément de temps.

Travaux liés à la gestion de projet :

  • Mise en place de la stratégie de référencement
  • Mise en place des outils de tracking de positionnement
  • Mise en place des outils de tracking des opérations de netlinking (souvent en liaison avec le tracking de positionnement)
  • Suivi et analyse des statistiques de fréquentation
  • Préparation et livraison des rapports mensuels
  • Surveillance de la bonne santé du site internet (changement d’urls de pages sans redirections est le grand classique)
  • Analyse des résultats des différents travaux et mise en place d’opérations correctives
  • Proposition de modifications dans les travaux à effectuer en fonction des résultats
  • Relations avec le prestataire web si ce n’est pas vous
  • Planification et réalisation des réunions de rendu (audits)

Audit sectoriel et concurrentiel

Cet audit permet de bien cerner le secteur lié au site de votre client. Il permet même bien souvent de dégager des pistes de travail auxquelles votre client n’avait pas pensé.

Ne jamais oublier que le client ne sait pas forcément se mettre à la place des personnes qui vont chercher ses services ou produits.

Travaux liés à l’audit sectoriel et concurrentiel :

  • Création d’une liste étalon de mots clés et expressions liés à l’activité de votre client
  • Analyse des pages de résultats des principaux moteurs de recherche en fonction de cette liste
  • Création d’une liste de sites internet (5 ou plus) leaders du secteur (croisement d’informations, sites les plus présents sur le plus d’expressions ou mots clés)
  • Analyse structurelle et rédactionnelle de ces sites
  • Profilage de ces sites : ancienneté, taille des sites, type de sites (infos, forums, portails…)
  • Création d’une liste très complète d’expressions et mots clés sur lesquels sont positionnés ces sites
  • Tester les positionnements de ces sites sur un large groupe de mots clés
  • Analyse de la stratégie de netlinking
  • Création d’un rapport et réunion de rendu

Cet audit sert souvent de support à la prestation suivante.

Conseil pour la mise en place des mots clés et expressions à travailler

Votre client a déjà pensé à certains mots clés ou expressions (je l’espère), parfois c’est suffisant, mais en général il est nécessaire de creuser un peu.

Pourquoi ? Tout simplement parce que dans certains secteurs, certaines expressions ou mots clés sont extrêmement concurrentiels et peuvent demander de nombreux mois (voir années) de travail avant d’obtenir des résultats vraiment visibles. En élargissant le cadre du travail, nous pouvons obtenir des résultats visibles et rentables pour le client tout en travaillant également sur des expressions plus concurrentielles.

Travaux liés au conseil pour la mise en place des mots clés et expressions à travailler :

  • Créer une liste initiale sectorielle avec le client
  • Si un audit sectoriel et concurrentiel a été réalisé, élargir la liste avec les informations obtenues
  • Développer la liste avec des variations : mots accentués ou non, pluriels et singuliers, localisation géographique…
  • Analyser les statistiques de fréquentation et en retirer des expressions et mots clés non encore présents
  • Classer la liste en fonction de critères précis : trafic estimé, rentabilité estimée, difficulté, légitimité…
  • Lier si possible chaque mot clé ou expression avec des pages du site (utilité pour l’audit technique et rédactionnel)
  • Création d’une master liste regroupant le maximum d’expression utiles en relation avec le ROI voulu par le client
  • Création d’un rapport et réunion de rendu
  • Choix final d’une liste d’expressions

A vrai dire, nous avons là probablement la partie la plus complexe et la plus importante de l’ensemble de la prestation en référencement, car bien souvent cette liste conditionnera la réussite ou l’échec de vos travaux.

Il faut comprendre qu’il est parfois très difficile de se mettre à la place de l’internaute, et plus précisément de l’internaute qui va rechercher les services ou produits de votre client. C’est pourquoi il est toujours nécessaire de suivre les statistiques de fréquentation d’un site. Une expression qui nous semblait parfaite (prestataire et client) peut au final générer plus de trafic parasite qu’autre chose, avec des très forts taux de rebonds. A ce moment-là, plusieurs pistes sont possibles : test sur d’autres variations ou sur des expressions proches ou alors changements au niveau de la page cible.

Audit technique et rédactionnel du site internet cible

Le site cible est bien souvent le premier frein au référencement. Il peut être très performant, ergonomique, beau, intéressant… et très mal, voir pas du tout, se positionner.

Avec notre liste de mots clés et expressions en main, nous allons pouvoir auditer le site et voir ce qui bloque, n’en déplaise à ses concepteurs.

Travaux liés à l’audit technique et rédactionnel du site cible :

  • Création d’une liste étalon de pages à auditer en fonction de la liste de mots clés et expressions
  • Analyse et détection des différents modèles techniques de pages (templates)
  • Analyse complète du sitemap du site (linking interne, erreurs d’explorations, redirections…)
  • Analyse de l’usage de la balise title
  • Analyse de l’usage de la meta description
  • Analyse de la structure des urls
  • Analyse des en-têtes HTTP
  • Analyse des plans de pages (usage des niveaux de titres html – h1 , h2, h3…)
  • Analyse des temps de réponse du site internet
  • Analyse de la qualité rédactionnelle et densité
  • Création d’un rapport avec cahier de préconisations et réunion de rendu

J’ai eu le cas récemment ou la simple mise en place des préconisations suite au rendu de l’audit a débloqué de nombreuses positions :

  • 50% des positions débloquées entre la première et la quatrième page de résultats en moins de 10 jours
  • les 50% restants se sont débloqués dans le mois qui a suivi et ce, avec le même type de positions

Pourtant le site était bien fait, techniquement de qualité et totalement légitime sur son secteur. Seul problème l’agence qui l’avait construit n’avait pour ainsi dire aucune notion de SEO.

Netlinking

Ahhh, le netlinking, le saint Graal.

Pour beaucoup de monde, d’ailleurs, le référencement se limite à ça : des liens, des liens et encore des liens. Comme vous pouvez le voir ci-dessus, c’est loin d’être le cas.

Le netlinking reste tout de même une part importante du travail du référenceur, car si vous avez bien préparé le terrain avec toutes les étapes précédentes, le netlinking c’est l’engrais qui va finir de faire pousser vos positions.

Travaux liés au netlinking :

  • Préparation de la stratégie de netlinking
  • Recherche et création d’une liste de sites thématiques utiles pour votre netlinking
  • Préparation de rédactionnels : fiches d’annuaires, « communiqués », articles de guest blogging, bookmarks…
  • Gestion de campagne d’échanges de liens
  • Possibilité de création d’un réseau dédié au référencement du site cible (blogs, profils sociaux, mininet, pyramide…)
  • Planification des opérations de netlinking
  • Mise en place des liens (diverses sources)
  • Suivi des statistiques de fréquentation et opérations correctives
  • Suivi et correction du profil de liens
  • Référencement de second niveau (liens de liens) etc…

Il existe bien d’autres opérations possibles (je ne parle pas volontairement de linkbaiting) et certaines proposées ne sont réalisées que pour de gros projets.

Formation / transfert de compétences

Certains clients, qui ont des ressources internes, désirent devenir autonomes pour gérer eux-mêmes leurs campagnes de référencement sur le long terme.

Les formations peuvent être réalisées sous plusieurs formes : journées de formations, formation continue (par exemple en utilisant des outils de type Skype).

Il n’est pas nécessaire de présenter les travaux liés à cette prestation, car en gros, elle englobe tout ce qui a été vu ci-dessus.

Pour finir :

Voilà, comme je l’avais dit, il ne s’agit pas ici de polémiquer sur l’utilité ou l’efficacité du référencement mais juste de dresser une liste, je l’espère assez exhaustive, de ce qu’englobe cette prestation.

Non, nous ne vendons pas du vent, nous vendons du travail et de l’expertise.

Bien sùr, le blog étant ouvert aux commentaires, si mes chers collègues veulent ajouter ou corriger quelque chose, vous êtes les bienvenus.

Pandi panda, petit ourson de chine

Pour la référence, soit vous avez des enfants, soit vous avez des souvenirs qui remontent à loin (du genre je vous parle d’un temps que les moins de 20 ne peuvent pas connaître…). Un indice : Tao tao.

Pour le reste, vous vous doutez que je vais bien sur vous parler de l’opération Google : Protect Adwords Need Dollars Action – PANDA.

Pour commencer, je vous propose d’aller lire la transcription faite par Sylvain sur le blog Axenet  (Google et les ravages du panda) d’un article de searchengineland (Lessons Learned at SMX West: Google’s Farmer/Panda Update, White Hat Cloaking, And Link Building) publié après les révélations du SMX West à San josé.

Autrement voici un résumé des annonces sur PANDA :

  1. Lutte contre le contenu de faible qualité : un site entier peut être pénalisé pour quelques pages de faible qualité.
  2. Plus de cloaking du tout : vous aviez fait une jolie version html du site en flash de votre client ? C’est mort.
  3. Linkbuilding : pour la xième fois, oubliez, vos liens doivent être 100% naturels et spontanés.
  4. Liens via des communiqués de presse : gros fumage de moquette, leur information est sujette à des tonnes d’interprétations possibles.
  5. Achat de liens : rien de nouveau, c’est toujours mal (vont-ils pénaliser les sites acheteurs ? Pour l’instant ils ne pénalisaient que les vendeurs).
  6. Mots clés dans le domaine : pénalité potentielle, fort signal de spam.
  7. Trop de publicité sur votre site : ouch, vous êtes probablement un spammeur.

Que retenir de Panda, quels signaux, quelles réelles informations ?

Premièrement, il y a une chose qu’il faut bien comprendre, Google n’aime pas les référenceurs. Depuis des années, GG serre de plus en plus la vis et complique de plus en plus notre travail.

En théorie, tout ça dans le but de contrer le spam de son bel index par les méchants  référenceurs Black Hat. En pratique, soyons clairs, ça ne fait chier que les White Hat.

Je n’ai lu quasiment rien sur le sujet, mais je peux vous le dire, depuis 3 ans, notre travail s’est considérablement compliqué. C’est presque intangible au niveau des procédures, mais c’est visible au niveau des résultats : il faut de plus en plus de travail de netlinking pour obtenir et fixer des positions correctes dès que l’on est dans du concurrentiel.

Et, ça a un impact direct sur le ROI de nos clients : plus de travail = plus de coûts = ROI plus faible.

Ce que je vois dans PANDA, c’est plus une volonté de serrer encore un peu plus la vis de la part de Google, de rendre notre travail encore plus complexe, plus long, plus coûteux que de vraiment lutter contre le « spam ».

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais depuis un an, on parle de plus en plus de techniques de référencement Black Hat (ou techniques de référencement avancées… n’est-ce pas Paul ?) et si vous avez l’impression qu’on en parle beaucoup, c’est tout simplement parce que devant les difficultés croissantes, de plus en plus de référenceurs White Hat s’y intéressent et s’y mettent.

Et ils s’y mettent dans l’espoir d’automatiser ou « industrialiser » certains process pour réduire les coûts et donc rester compétitifs.

Mais compétitifs par rapport à quoi ? A la concurrence qui est confrontée aux mêmes problèmes ?

Non, compétitifs face au « référencement payant » : Adwords.

Rappelez-vous : Google est une entreprise commerciale, et les référenceurs sont les concurrents directs d’Adwords.

Alors, vous allez lire à droite et à gauche, le métier de référenceur à l’ancienne est mort, il faut évoluer, travailler l’image de l’entreprise, sa présence en ligne, utiliser les réseaux sociaux…

C’est vrai, pour de gros clients, parce que, soyons clairs, créer une présence en ligne, une identité, une marque, ça demande beaucoup de temps et d’investissements, c’est quelque chose de très coûteux, c’est une prestation que peu d’entreprises peuvent réellement se payer.

Je peux vous en parler, je gère toute la présence en ligne d’un de mes clients, et ça représente plusieurs jours de travail par mois, je vous laisse vous faire une idée du coût d’une prestation de ce type. Et franchement, ce n’est pas le plombier du coin qui peut se permettre d’investir dans ce type de prestations, car le ROI est loin d’être assuré et l’investissement énorme, car on vise du moyen et long terme.

Le jour où il sera plus intéressant pour une entreprise, même à long terme, de payer de l’Adwords que d’investir dans un référencement White Hat durable, Google aura gagné une bataille…

… mais perdu la guerre.

Je vous laisse deviner pourquoi.

Le Big Fail du jour

Je ne sais pas si j’ai envie de rire ou de pleurer.

Un de mes clients en référencement un peu dispersé, client dont d’ailleurs je songe à me séparer depuis quelques temps pour des questions de paiements laborieux, viens de me permettre d’assister au plus beau fail que j’ai pu voir depuis longtemps.

Je crois que depuis que je travaille pour lui, il a en tête de refaire son site internet, normal, son site avait été fait avec les pieds (de plus amputés des orteils) par une agence parisienne qui soit disant fait également du référencement (enfin elle doit en faire pour elle car chaque site de leurs clients contient des backlinks vers au moins 3 sites appartenant à l’agence).

Bref, dans nos discussions initiales le fait que je refasse leur site avait été abordé, puis finalement non, ce serait fait par une autre agence parisienne, puis par une autre agence Nantaise en collaboration avec moi, puis… plus rien.

Donc, comme je songe à m’en débarrasser, je prépare un petit dossier récapitulatif des actions effectuées depuis le début, des gains obtenus (de très bonnes places sur des requêtes assez concurrentielles – expert comptable en ligne, comptable en ligne, comptable pas cher, j’en passe et des meilleures).

Je check sur Ranks.fr vite fait les positionnements actuels, tient c’est étonnant quelques pages ont fait des chutes vertigineuses… étrange.

Je check les pages ayant encore de bons positionnements et, encore plus étrange je ne les vois pas dans les SERPS à la position qu’elles devraient avoir.

Peut être un bug Ranks, je vérifie un autre site client, tout va bien, puis un autre, les résultats retournés sont bons, de plus en plus étrange.

Je vais donc finalement sur le site client… la refonte du site a été faite… QUOI ? LA REFONTE EST FAITE ?!? WTF ???

Toutes les pages sont modifiées, les urls aussi… OMFG !! Les Urls !! Ah ben oui, forcément, aucune redirection des anciennes urls… prévisible…

Allez je vous laisse le plus beau pour la fin, le robots.txt :

Disallow:/

Matthieu Verne : Consultant en référencement

referenseoDéjà, merci à toi Aymeric de proposer aux acteurs du web de se présenter à travers ton blog. On se rend vite compte qu’on se connait tous plus ou moins en se croisant dans les commentaires de blogs et sur Twitter.

Qui suis-je et comment j’ai atterri dans le web ?

Alors moi c’est Matthieu, et j’ai 25 ans et je suis consultant en référencement aujourd’hui. J’ai fini mes études l’an dernier par un master Marketing à Clermont-Ferrand. J’ai toujours baigné dans le web, notamment en créant mon premier site perso en galérant sur Dreamweaver en 1999 (je l’avoue il était tout moche, avec des couleurs flashy et sur un hébergement gratuit ;) ). D’années en années, j’ai créé d’autres sites que j’ai voulu mettre en avant pour me faire de l’argent de poche avec les pubs et l’affiliation, et c’est là que j’ai commencé à faire un peu de référencement sans vraiment savoir ce que je faisais au début. Au fur et à mesure, j’ai commencé à comprendre et à m’y intéresser encore davantage.

Suite à mon Master, je ne me voyais pas travailler sous les ordres d’un patron, sans être libre de prendre mes décisions. Je n’avais pas non plus envie de partir travailler à Paris et de prendre le rythme Métro-Boulot-Dodo, or 80% des postes de marketing sont à Paris. Non non non ! Et le marketing c’est sympa, mais je voulais autre chose finalement. Peut-être du web-marketing.

Quand j’ai pensé que je pouvais mettre mes connaissances de référencement au service des autres, j’ai découvert le statut de l’auto-entrepreneur qui était alors parfait pour essayer de se lancer en tant que référenceur freelance.

Ma boîte ?

Je l’ai nommée ReferenSEO après mûre réflexion et ca fait maintenant un peu plus d’un an qu’elle est lancée (1er Juin 2009). Je propose des prestations de référencement naturel principalement mais aussi des campagnes de liens sponsorisés.

Aujourd’hui, j’ai évolué et appris énormément autant en référencement que dans de nombreux métiers liés. J’ai également appris à faire des propositions commerciales, à savoir dialoguer avec le client. Je suis conscient que j’ai encore plein de choses à apprendre, mais je pense avoir fait beaucoup de chemin depuis un an. Notamment grâce à lecture de blogs SEO comme le tient d’ailleurs.

Et tout cela permet de faire marcher le business aujourd’hui ;)

Comment j’ai connu ton blog ?

Honnêtement je ne sais plus, mais c’est soit via Twitter, soit via des commentaires à toi sur d’autres blogs SEO. Ce sont d’ailleurs 2 sources d’infos extrêmement importantes pour faire une bonne veille SEO. Pendant qu’on en parle, vous pouvez me retrouver sur Twitter @ReferenSEO et sur mon blog SEO.

Une anecdote ?

Un jour, je reçois un coup de fil pour une demande de devis en référencement naturel. Jusque là rien d’anormal ! Mais quand on en est venu à parler de budget et d’objectifs, j’ai vite compris que ça allait être difficile. Le Monsieur, qui allait lancer son site très prochainement, dans un secteur ultra concurrentiel qui plus est, voulait atteindre au moins 5000 visites journalières d’ici 6 mois et avait un budget de 150€/mois! Pas évident de leur expliquer que quelque chose cloche dans leur réflexion à ces gens là ;)

Djolhan: Une main dans le webdesign, une autre dans le SEO

Tout d’abord, merci à Aymeric Jacquet de permettre à tous ces acteurs du web de se présenter. La vue des articles de Sylvain et Azcrea m’ont donné à mon tour l’envie de faire de même.

Mon parcours de webmaster ?

Je n’étais franchement pas destiné à devenir créateur de site, mais c’est en bossant avec un ami dans la voix sur ip de 1997 à 2003 que petit à petit je me suis tourné vers la creation site internet. Vous connaissez tous ces boites qui demandent à un gars un peu callé en informatique de leur faire leur site web n’est-ce pas ? Un site qui au final, sera amateur mais dont tout le monde sera fier ;-)

Et voila, ma passion est née de ces années, et c’est en 2003 que j’ai lancé mon agence web pour entrer dans cette superbe aventure. J’ai donc commencé comme tout le monde avec des <table> de tous les cotés, choses qu’au final je détestais particulièrement pour son manque de flexibilité. C’est avec de multiples discussions avec, entre autres, Raphael goetter (fondateur d’alsacréations) sur le forum webmaster, que je me suis mis en tête fin 2003 de me lancer vers la route tracée par le W3C et enfin entrer dans le XHTML + CSS et bien évidemment le SEO. Un site web qui n’apparait pas sur la toile, ca ne sert pas à grand chose…

Aujourd’hui, à 32 ans, Je suis toujours le webmaster de l’agence web hdclic, mon pseudo sur twitter, c’est Djolhan ou l’on me voit souvent intervenir pour les questions SEO ou webdesign.

Présentation de notre agence internet

Notre agence web existe depuis 2003 et propose la création de logo, la réalisation de sites web allant du site vitrine au site ecommerce. Nous nous adressons particulièrement aux artisans, petites et moyennes entreprises. Bien entendu, nous proposons aussi des offres de référencement. Notre vision du business, c’est de proposer des sites de qualités avec un design soigné et SEO friendly, que ce soit un gros ou petit site. Notre passion est notre métier.

Comment ai-je découvert ce blog ?

Je crois bien que c’est en suivant un lien sur twitter. D’ailleurs, la plupart des personnes qui se sont présentées sont aussi sur twitter, je les croise très souvent sur les divers blogs. Au final, on a l’impression d’être une petite communauté formée autour du SEO, même si il y a de nombreux acteurs.

L’anecdote qui tue ?

– Oui, bonjour monsieur, alors voila, je voudrais un site internet, par contre, vous avez pas besoin de faire le design, je l’ai déjà fait

– Sur quel support ?

– Word !

Aurélien Bardon : consultant en création de trafic

Aurélien BardonHello,

Je m’appelle Aurélien Bardon et suis un fidèle lecteur de l’ajblog depuis le 25 juin 2006. Déjà plus de 4 ans…

Comment j’ai découvert Ajblog

Aymeric avait publié un billet intitulé « Vu chez les autres : Spam record sur Google ?« , c’est via cette note parlant d’un de mes articles publié sur Outil Référencement que j’ai découvert ce blog. Je le consulte aujourd’hui régulièrement même si malheureusement Aymeric n’a pas toujours le temps de l’alimenter.

J’éprouve beaucoup d’admiration pour les professionnels du web qui aiment le travail bien fait et ne lésinent jamais sur la qualité. Aymeric est certainement à classer dans cette catégorie d’où mon intérêt pour ce blog.

Et dans la vie, tu fais quoi ?

Coté pro, je suis consultant en création de trafic. Ma spécialité depuis quelques années maintenant est le référencement naturel. Si ma mémoire est bonne, je suis tombé dedans en fin 2003. Depuis je n’ai pas lâché cette activité qui est devenue bien plus qu’un métier : une véritable passion.

Aujourd’hui, j’accompagne aussi bien de grands groupes présents à l’international aux problématiques complexes que des petites sociétés aux ambitions plus modestes mais qui souhaitent elles aussi avoir leur place au soleil sur Google.

Je partage mon activité de consulting avec un projet que j’ai démarré en octobre 2008 : Oseox.fr

Les objectifs de ce projet sont multiples :

  • Mettre à disposition un ensemble de ressources de qualité liées à la création de trafic
  • Créer un lieu d’échanges sérieux, qualitatif et décontracté pour les professionnels et passionnés de la création de trafic
  • Proposer régulièrement de l’actualité et des avis de pros sur la création de trafic

Conscient que le trafic est et sera de plus en plus le nerf de la guerre pour beaucoup d’annonceurs, ecommerçants, marques… un portail de ce type me semble judicieux et pertinent. Il est déjà possible de trouver plus de 400 cours : Référencement, Liens sponsorisés, Affiliation, Ecommerce

Et pendant ton temps libre ?

Coté perso, j’ai pratiqué cette année assez activement (3 fois par semaine) le sprint dans un groupe d’athlètes de haut niveau. Cette expérience m’a imposé de mieux m’organiser dans mon travail (terminer mes journées à 18H…) et m’a permis de (re)découvrir l’athlétisme.

Lorsque l’on est un petit entrepreneur, le piège est de ne jamais s’arrêter, d’enchainer les semaines à plus de 50H de travail… le sport et le blogging sont donc deux activités que je pratique avec grand plaisir dès que possible.

Comment rester en contact avec toi ?

Vous pouvez me suivre sur mon blog perso, sur twitter et bien entendu sur Oseox.

On apprend des choses avec le cache Google

Bon, d’accord, apprendre est un bien grand mot, mais on peut au moins analyser quelques petites choses.

Feignasse comme pas deux et voulant retrouver l’url d’un de mes articles rapidement (Quels tarifs pratiquer pour un freelance ? pour ne pas le nommer), je fais une recherche rapide sur google en utilisant les termes « quel tarif independant » puisque je sais de mémoire que je suis premier sur toutes les variantes.

Et comme j’ai fait une petite modification sur l’article récemment, il me prend l’envie de vérifier la version en cache de la page et là, non seulement je constate que la modification effectuée n’est pas encore prise en compte par le cache de Google mais un petit message attire mon regard :

Les termes de recherche suivants sont mis en surbrillance : quel tarif Ces termes apparaissent uniquement dans les liens pointant sur cette page : independant

Et plus particulièrement cette partie :

Ces termes apparaissent uniquement dans les liens pointant sur cette page : independant

Effectivement, le terme independant est absent de la page, contrairement à indépendant, google dissocie bien les deux termes et avoue implicitement que nous avons là affaire à un pseudo cas de Google Bombing (ces termes apparaissent uniquement dans les liens pointant sur cette page).

Autre point intéressant : la surbrillance.

Quel se trouve exactement sous cette forme dans la page et est donc mis en surbrillance les deux fois où on le trouve. Par contre, on trouve « quel » dans d’autres chaînes de caractères (quels, quelles…) et là, point de surbrillance.

Mais là où c’est étonnant, c’est que google précise qu’on trouve bien le terme tarif dans la page (Les termes de recherche suivants sont mis en surbrillance) mais qu’aucune version du terme tarif n’est mise en surbrillance, car à chaque fois il ne se trouve pas sous cette forme mais sous la forme tarifs avec un s.

Google ne fait donc pas l’extraction du terme dans les chaînes de caractères pour spécifier sa présence dans une page (du moins pour ce qui est des pages en cache affichées).

Pour l’instant, je ne sais pas encore quels enseignement en tirer, voir même si il y a des enseignements à en tirer, mais il m’a semblé opportun de partager la chose.

Action du backlink sur le référencement

On m’a posé la question par email la semaine dernière, pour mes amis référenceurs, ça semble évident, mais pour beaucoup de monde c’est encore globalement assez flou.

J’ai donc décidé d’en faire un petit article plutôt orienté débutants.

Quel impact a un backlink sur mon référencement ?

On parle souvent « d’autorité » pour un site, que l’on pourrait aussi appeler notoriété.

Cette autorité se calcule en partie grâce au liens entrants (backlinks) qui mènent vers votre site.

Je ne parlerai ici que des vrais liens, pas de cette verrue du web que sont les liens en nofollow.

Considérez chaque lien entrant comme un vote : un lien = un vote.

Considérez que sur internet, c’est un peu comme un conseil d’actionnaires d’une société, le vote d’un gros actionnaire (site d’autorité) aura plus de poids que le vote de Madame Michou, boursicoteuse à ses heures qui vient d’acquérir une seule et unique action (en gros elle vient juste de lancer un site).

Un lien venant d’un site d’autorité, ce sera un vote, mais qui compte pour 10 voix (voir plus), alors que le vote de Madame Michou ne comptera que pour une voix (voir moins).

C’est ça, le transfert d’autorité.

Ce transfert d’autorité, aura un impact direct et global sur vos positionnements dans les SERPS (Search Engine Results Pages – Pages de résultats de recherche) mais uniquement sur les requêtes sur lesquelles votre site peut se positionner par son contenu.

J’insiste là dessus car c’est important si sur votre site, on ne trouve absolument pas, disons l’expression « Bons plans », ce transfert d’autorité ne vous permettra pas de vous positionner sur cette expression, à moins d’utiliser cette expression comme ancre de lien. Mais au fait, c’est quoi l’ancre d’un lien ?

Quelle est l’importance de l’ancre d’un lien ?

L’ancre d’un lien, c’est le texte contenu dans ce lien, en gros, en html ce qui se trouve entre <a href= » « > et </a>.

Cette ancre, c’est une orientation du vote fournie par le lien :

  • Si l’ancre du lien est le fameux « cliquez ici », vous avez obtenu un vote qui augmente votre notoriété globale, mais ce lien va spécifiquement pousser le positionnement de votre site sur la requête « cliquez ici ».
  • Si l’ancre du lien est une expression ciblée et choisie (agence web Nantes totalement au hasard), non seulement vous avez obtenu un vote qui augmente votre notoriété globale, mais en plus ce lien va pousser votre positionnement sur l’expression ciblée. On parle alors d’ancre optimisée.

Le top étant bien sur d’obtenir un lien entrant provenant d’un site d’autorité avec une ancre optimisée, vous aurez alors un impact global sur vos positionnements grâce au transfert d’autorité et un impact ciblé sur l’expression utilisée.

Poussée à l’extrême, cette technique a un nom : le google bombing. Bien que google dise que la chose n’est plus possible, je peux vous assurer que l’on peut positionner un site sur une expression totalement absente de ses contenus.

Il existe de nombreux autres facteurs à prendre en compte, comme la thématique du site faisant un lien vers vous, l’emplacement du lien dans la page (au milieu d’un texte, dans une liste de liens – blogroll…) mais la base est là et c’est le plus important.

Maintenant, vous comprenez mieux pourquoi sur vos blogs vous avez des commentateurs qui s’appellent « rachat crédits », « lingerie », j’en passe et des pires.

PS : en fait cet article va servir à certains de mes lecteurs pour mieux comprendre un autre article à venir.

Les annuaires sont nos amis…

… aimons les aussi.

Je parle bien sur de ces gentils annuaires que l’on dit morts et enterrés pour le référencement, depuis… houlaaa depuis que le référencement est référencement.

Je vois de plus en plus de gens pester contre le fait que de nombreux annuaires demandent maintenant de rédiger des fiches descriptives avec un texte unique.

Mais de quel droit ce webmaster d’annuaire me demande de travailler sérieusement ? Hein, je vous le demande ? De quel droit ?

Si je ne peux même plus faire de la soumission en masse avec au mieux une base de quelques descriptions préparées à l’avance, ou va le monde?

Et bien, je vais vous le dire : pas bien loin si vous continuez vos pratiques merdiques en tentant de spammer les indexs des moteurs de recherche avec le même texte reproduit des dizaines, des centaines de fois.

Le point de vue du webmaster d’annuaire :

L’annuaire, c’est un outil, proposé gracieusement par un webmaster, et le webmaster sérieux, son outil, il le peaufine, il le travaille, il le fait connaitre..

Oh oui, il a un but, le but potentiel que son site lui rapporte un peu d’argent,  il n’a pas l’intention de travailler pour rien, mais pour ça, il faut que son site soit présent sur de nombreuses requêtes, sur un maximum de requêtes même, et pour ça, il lui faut du sang frais et de première qualité : du contenu.

Du coup, si il n’est pas très sérieux ou que la qualité de son annuaire n’est pas sa priorité, il va prendre tout ce qu’on lui donne.

Le point de vue du webmaster qui utilise les annuaires :

Pour lui, les annuaires c’est pratique, c’est du lien facile, rapide, à sens unique.

Bon, c’est juste un annuaire, hein, il va pas non plus perdre trop de temps avec un annuaire, il prend un des quelques titres et quelques descriptions qu’il préparé à l’avance et il balance.

Et là, je suis gentil, je ne parle même pas de ceux qui utilisent systématiquement la balise title et la meta description de leur site.

Le point de vue du moteur de recherche :

Le moteur de recherche, lui, il veut des sources, il veut répondre le plus précisément à la demande de l’internaute et surtout, il veut lui donner le plus de réponses pertinentes.

Alors le robot du moteur, il crawle, il visite, il indexe, il va souvent visiter cet annuaire en particulier parce qu’il a souvent du contenu nouveau à lui donner.

Ah tient, justement, du nouveau contenu publié sur l’annuaire, le robot le scanne, l’indexe et puis derrière ça mouline.

En fait, ce contenu il est pas nouveau, le robot a trouvé et indexé exactement le même contenu, la semaine dernière sur un autre site, un autre annuaire.

Bon, si j’ai déjà exactement ce contenu dans mes bases de données, il ne sert à rien que je propose celui que je viens de trouver à mes visiteurs étant donné qu’il n’est pas plus pertinent.

Ou alors effectivement, cet annuaire à une plus forte autorité et il me semble de fait plus pertinent que le précédent.

Dans un cas comme dans l’autre, zou, le site jugé le moins pertinent va faire un tour dans l’index complémentaire.

L’index complémentaire, c’est un peu le purgatoire des pages web, c’est là que l’on trouve les pages indexées par les moteurs de recherche mais qui n’apparaissent jamais dans les pages de résultats, car elles ne sont pas jugées pertinentes par le moteur de recherche (ou alors seulement sur une recherche très très ciblée avec un opérateur du type site: ou link:).

Bilan : tout le monde est perdant

Le webmaster de l’annuaire est perdant car il y a de grandes chances que la fiche « dupliquée » n’apparaisse jamais dans les résultats de recherche et donc ne génère jamais de trafic. De plus il peut voir au final son beau site pénalisé car il contient trop de contenu déjà existant ailleurs et donc être classé comme spammy.

Le webmaster qui utilise les annuaires est perdant car même si il n’a pas perdu beaucoup de temps avec cet annuaire, il a travaillé pour rien ou presque, la quasi totalité des fiches d’annuaires qu’il a fait sont passées dans l’index complémentaire, il se prive également de trafic potentiel généré par des fiches d’annuaires qui parfois vont se positionner sur des requêtes sur lesquelles son site ne se positionne pas. Il peut également finir par être pénalisé car il utilise quasiment toujours le même titre, donc la même ancre de lien vers son site et peut donc également finir classé comme site spammy.

De plus, je soupçonne très fortement les moteurs de recherche de grandement pondérer la portée des backlinks se trouvant sur des pages dans l’index complémentaire.

Le moteur de recherche et ses utilisateurs sont perdants car beaucoup de ressources sont utilisées en vain et si ça se trouve l’utilisateur ne trouvera jamais votre site car vous avez foiré votre campagne de référencement, alors que vous aviez exactement le produit ou le service qu’il recherchait.

Une description unique et tout le monde est content

Le webmaster de l’annuaire est gagnant car la fiche génère un peu de trafic et qu’il a du contenu unique à proposer aux moteurs de recherche et à ses visiteurs.

Le webmaster qui utilise les annuaires est gagnant car la plupart des fiches d’annuaires qu’il a créé sont indexées et génèrent un peu de trafic (pas beaucoup, mais sur le nombre ça finit par compter) en plus de fournir un lien entrant vers son site.

Le moteur de recherche et ses utilisateurs sont gagnants car on leur propose du contenu unique à chaque fois et qu’ils ont encore plus de chance de trouver votre site au travers de toutes ces fiches que vous avez laissé sur la toile.

Sincèrement, faire une description unique pour une fiche d’annuaire, ça ne prend vraiment pas de temps, et c’est tellement mieux pour tout le monde.


Je donne une conférence chez Microsoft le 17 novembre

Si c’est pas un titre qui se la joue ça.

Plus sérieusement, j’ai été convié à participer à la journée de conférences du 17 novembre chez Microsoft (le programme complet chez Christophe Lauer ) pour intervenir sur la thématique : techniques et mythes du SEO.

Pour l’instant, le programme de ma conférence tourne autour de termes comme bullshit et bisounours, mais comme je ne suis pas certain que ça passe vraiment, on va peut être édulcorer tout ça.

Donc, si vous êtes sur paris le 17 novembre, passez faire un petit coucou, on me susurre dans l’oreillette que les conférences sont gratuites et que vous pouvez vous inscrire sur la page dédiée sur le site de Microsoft.

Sur ce, je retourne préparer mon déménagement.. oops, ma conférence.

PS : oui, ce post est une pub copinage éhontée.