Recherche idéale

Avant tout, sachez que cet article a été rédigé dans le cadre de l’opération Billets synchronisés montée par Laurent Bourrelly.

Plus d’informations sur cette opération dans cet article.

Le sujet commun à cet ensemble d’articles synchronisés est l’avenir du search, ou plus précisément, le moteur de recherche de l’avenir, que peut-il de plus pour moi ?

Vous pouvez déjà trouver quelques idées en lisant une étude commanditée par Google sur le sujet :

Vous avez lu ? Ok, il y a pas mal de chose qui peuvent sembler loufoques, tout ce qui touche à la pensée par exemple, mais rappelez-vous qu’on parle de « futur » dans cette étude et qu’au final on n’y trouve rien de pire que ce que certains auteurs d’anticipation avaient imaginé il y a à peine quelques décennies.

Et c’est bien de ça qu’il s’agit, des projections sur ce que pourraient apporter dans le futur un moteur de recherche.

Allez, je ne vais pas vous faire attendre plus longtemps, je vais vous donner ma vision du moteur de recherche du futur (proche ?) :

  1. Permettre de faire facilement (au niveau recherche d’informations bien sûr) ce qui demande actuellement de solides connaissances au niveau des opérateurs avancés.
  2. Et deuxième chose, ce qui se rapproche le plus pour moi actuellement du moteur de recherche du futur, c’est Twitter, mais encore une fois quand on sait l’utiliser de manière avancée.

Pour l’instant, je vais me borner à parler du point 1, car si on regarde les résultats de l’enquête, enfin ce qui se place uniquement au niveau de la pertinence des résultats, on se rend compte que de nombreuses choses demandées… existent déjà ou presque.

Si vous n’êtes pas un utilisateur habitué des opérateurs avancés de Google, je vous conseille vivement d’aller faire un tour sur cette page : Opérateurs de recherche. Et même si vous êtes habitué, allez y faire un tour, je suis sûr que vous en découvrirez certains que vous avez probablement oublié.

Un exemple :

« televiseur lcd » -intext:comparateur -inurl:kelkoo -inurl:ciao -site:www.commentçamarche.net -site:wikipedia.org intitle:acheter+pas+cher

Bon cet exemple est relativement foireux, mais peut vous permettre de vous faire une petite idée des possibilités de filtre pour optimiser les résultats de vos recherches.

Allez, soyez honnêtes, combien d’entre vous utilisent les opérateurs avancés autres que « expression exacte » ou + ou or ?

D’ailleurs, petit aparté au passage; un autre point important pour le moteur de recherche du futur, s’il pouvait nous mettre à part les résultats tirés de wikipédia et de comment ça marche, ça nous ferait des vacances et m’éviterait de coller du -site:www.commentçamarche.net -site:wikipedia.org à chaque fois que je fais une recherche sur le net.

Je sais, je ne suis pas forcément clair dans ce que je veux dire, alors je vais clarifier une première fois en une phrase :

Les internautes ne savent pas utiliser les moteurs de recherche.

Et tout ça c’est encore la faute de Google, ou plutôt, l’effet de bord du moteur de recherche simplifié à l’extrême.

Vous, moi, nous tous, avons pris l’habitude de faire nos recherches le plus simplement possible :

Je clique dans le champ, j’écris ma recherche, je clique sur le bouton de soumission et je regarde ce qui tombe.

Il fut un temps où c’était la révolution, où les résultats retournés étaient globalement pertinents, ça c’était avant, quand il y avait encore peu de sites et le spam était encore assez limité.

Maintenant, faire une recherche Google de base, c’est comme jouer à la machine à sous, parfois on gagne mais la majeure partie du temps, on perd.

Je parle de Google, car aux dernières nouvelles, le moteur de recherche était encore en position de monopole en France (quelqu’un utilise Bing ou Yahoo comme moteur de recherche principal dans le coin ?).

Pour revenir au moteur du futur ou au futur des moteurs, c’est au choix, on peut retourner à certains fondamentaux, avec des propositions de filtres plus aisés à utiliser, c’est la solution simple, mais la plus contraignante pour l’utilisateur, du moins en apparence.

Vous préférez utiliser ça :

Interface Google classique

Interface Google classique

Plutôt que ça :

google-avance

Interface Google de recherche avancée

Se profile alors la solution de facilité : que le moteur fasse tout à ma place, même si pour ça je dois sacrifier « un peu de moi », c’est tellement plus simple.

Tout ça nous ramène à Twitter (non je ne l’ai pas oublié).

Si je dis que pour moi,Twitter est ce qui se rapproche le plus du futur du search, c’est parce que collectivement parlant et au travers de mes followers, twitter sait presque tout de moi : Je suis entrepreneur, webdesigner, référenceur, j’ai la quarantaine, je suis marié, deux enfants, j’aime le bon whisky et le bon vin, je suis plutôt quelqu’un d’épicurien, j’habite à la campagne, j’aime la musique classique, le trip hop, l’électro…

Inconsciemment, mes followers le savent, même si la majorité serait probablement incapable de répondre à une question précise me concernant, mais leurs cerveaux ont enregistré et analysé ces signaux (faibles ou forts) que je peux émettre aux travers de mes twitts, ils me profilent.

Et donc, quand je pose une question sur twitter, le formidable puits de connaissance que représentent mes followers prend ce message et l’analyse en prenant en compte tous ces signaux que j’ai envoyés :

  • Aymeric pose une question contenant le terme sprite, je sais qu’il bosse dans le web, il n’a même pas besoin d’expliquer de quoi il en retourne, je sais qu’il parle de l’usage des sprites images via CSS.
  • Aymeric est plutôt pas mauvais dans ce domaine (oui je me lance des fleurs) donc si il pose une question à ce sujet c’est que c’est peut être plus complexe qu’il n’y parait…

Si je pose une question d’ordre plus personnel, mes followers l’analyseront également à partir des informations qu’ils ont sur moi.

Si vous ne pensez pas que votre cerveau fonctionne de cette façon, vous le sous-estimez.

Vous voyez enfin où je veux en venir ?

Le moteur de recherche du futur sera un monstrueux outil de profilage, capable concrètement d’analyser l’ensemble des données qu’il pourra trouver vous concernant avant de retourner un résultat de recherche susceptible de vous intéresser réellement.

Ca existe déjà, un peu (Surf en mode connecté ou non sur Google), mais on est loin des possibilités déjà existantes en la matière.

Le moteur de recherche du futur devra devenir vous l’espace d’un instant, une sorte d’avatar de votre présence numérique, capable de se mettre à votre place, de trier l’information, de la qualifier, en fonction de vos compétences personnelles et de qui vous êtes réellement.

En un mot, le moteur de recherche du futur sera empathique.

Un peu comme cet ami de longue date capable de répondre avant même que vous n’ayez réellement fini votre question.

Pour finir, une petite liste d’autres articles de blogueurs participant à l’opération, ou vous pourrez probablement voir d’autres visions et d’autres avis :

PS : petit oubli dans mon article.

Je vous conseille, si vous ne connaissez pas encore, de vous renseigner sur le projet Sixth sense.

Et comme une vidéo vaut mieux que des mots :

Vous allez retrouver de nombreuses choses « demandées » par les personnes interrogées dans l’enquête.

http://www.googleraide.net/noframe/operateur.htm

Cordialement,
Aymeric Jacquet

Tags : , ,

Be Sociable, Share!

27 Commentaires pour Recherche idéale

  • C’est vrai qu’un grand nombre d’options de personnalisation et filtres de résultats sont disponibles et n’ont pas été remarqués par les utilisateurs interrogés! Je ne l’ai pas relevé dans mon article, j’ai focalisé sur les recherches sensorielles :D D’où l’intérêt de ce type d’iniitative!
    Merci pour ton point de vue intéressant!

    Le 21 janvier 2010 à 22 h 34 min

  • Coucou Marie, je crois que là était tout l’intérêt de l’exercice, une information  commune et voir ce que tout le monde en retire.

    Pour ma part, je vais prendre le temps de lire tous les articles à tête reposée et de voir ce qui en sort demain matin.

    Le 21 janvier 2010 à 22 h 40 min

  • Superbe analogie avec twitter pour une évolution possible des moteurs de recherche, mais pour le moment il manque à celui ci tout l’aspect « média ».
    Google développe sa recherche universelle, twitter la connaissance de l’internaute plus que lui même le sait de façon consciente comme tu le fais remarquer, on lit, on écoute, on enregistre sans faire attention.
     
    Le couple Google/Twitter va peut etre révolutionner cette nouvelle décennie… :)

    Le 21 janvier 2010 à 22 h 40 min

  • J’adore ton exemple avec le téléviseur.

    Le 21 janvier 2010 à 22 h 54 min

  • On se rejoint totalement sur le fait que les internautes se savent pas tirer parti des fonctionnalités Google afin d’affiner une recherche.

    Le 21 janvier 2010 à 23 h 05 min

  • Shit j’ai validé avant de te remercier pour avoir participé avec cette petite expérience.

    Le 21 janvier 2010 à 23 h 05 min

  • Comme tu te lances des fleurs, je m’attribue un qualificatif dans mon pseudo. ;)
    Google qui est empathique ou Google qui te profile? Je pense qu’il n’en a que faire de tes sentiments et des sentiments/envies des internautes, comme tu le dis si bien, les internautes lambda vont faire une requête et c’est tout. Pas de configuration spéciale, encore moins d’opérateurs de recherche.
    Google dirige les internautes la où il le souhaite, tout en les contentant un minimum.
    Enfin, autant pour wikipédia je rejoins ta demande, autant pour comment ça marche, c’est légitime selon l’algo de notre moteur préféré.
     

    Le 21 janvier 2010 à 23 h 09 min

  • +1 pour Wikipedia et comment ça marche ;-)
    Et de manière plus générale, d’accord avec de nombreuses analyses de ton très bon billet !

    Le 21 janvier 2010 à 23 h 12 min

  • Bonsoir Aymeric,
     
    Je rejoins les autres, approche très intéressante de l’information qui nous a été donnée.
     
    Ayant lu 5 billets maintenant, je commence à voir un certain profile pour les participants : les référenceurs analytiques (moi) et les holistiques (toi).
     
    Tu crois que Google sera un jour capable de faire la même analyse ? :)

    Le 21 janvier 2010 à 23 h 39 min

  • Article intéressants comme la plus part des 14 autres. La piqure de rappel sur les opérateurs de recherche est pratique.
    Dans le billet tu évoques que l’utilisateur est assisté mais au final grâce à quelques commandes Google est
    – trouver une info, comparer un produit, un prix
    – magnifique outils de recherche des fichiers, films, musiques, pdf
    – plus grosses base de données de torrent, streaming, crack
    – etc
    et c’est tout simplement les fonctions demandées par le peuple.
    Sinon je rejoins bien l’idée globale d’avoir un moteur de recherche temps réel que ce soit au niveau de la réactivité mais aussi s’adapter à l’utilisateur, à son profil. Exactement comme un être humain ferait en quelque sorte, selon les évènements, la personne en face de soi, une réaction sera différente mais surtout adapté.

    Le 21 janvier 2010 à 23 h 51 min

  • J’ai pas publié au bon moment car j’étais absent, tu trouveras la bonne url sur mon site pour le crosslink. Ce que je trouve intéressant c’est qu’en fait tu as analysé, à ta manière, plus ou moins les mêmes choses que moi en ce qui concerne le profiling non loggé sur Google (basé selon moi sur une modélisation de requêtes types).  Intéressant ton point de vue.
     
     

    Le 22 janvier 2010 à 5 h 18 min

  • « m’éviterait de coller du -site:www.commentçamarche.net -site:wikipedia.or »
    => pour ça tu peux utiliser une extension firefox du genre « iMacro » ou « AutoFill Form » qui prérempli les champs de search
     

    Le 22 janvier 2010 à 7 h 13 min

  • « faire une recherche Google de base, c’est comme jouer à la machine à sous, parfois on gagne mais la majeure partie du temps, on perd »
    ça m’a bien amusé cette phrase ! Je suis d’accord : ceux qui ont répondu à cette étude ne doivent sans doute pas savoir utiliser Google correctement

    Le 22 janvier 2010 à 8 h 39 min

  • Morgan : Google et Twitter sont pour moi actuellement, très complémentaires, et je crois que justement cet usage de twitter (la recherche) pose de vrais soucis à Google. Maintenant, on va bien voir comment les choses vont évoluer.

    Aurélien : héhé, comment ça je veux pas de comparateurs ?

    LaurentB : Il est clair, que la grande majorité des utilisateurs de google ne savent même pas que ça existe.

    Et c’est moi qui te remercie de m’avoir fait participer à l’expérience.

    Aurélien superrefman : ça va, ton pseudo peut passer. ;)

    Ohh ça oui, Google se fiche totalement, pour l’instant, de nos sentiments, mais comme ces mêmes sentiments peuvent influer sur notre perception, je ne suis pas certain qu’un jour, ça soit pris en compte pour trier du résultats… ou de la pub.

    Sylvain : merci, de mon côté je dois encore faire le tour des autres articles.

    Léo : et pourtant, je suis un fana d’analyses statistiques, mais plus pour en retirer des « signaux » que des données brutes, en ce sens, tu as raison sur ma façon de percevoir l’information et d’interagir avec mon environnement.

    Pierre : en fait, je ne dis pas que l’utilisateur est assisté, mais plutôt qu’on l’habitue à la facilité en lui « cachant » les possibilités avancées de recherche. Ce n’est absolument pas dans l’intérêt de Google que l’on trouve du premier coup ce que l’on cherche, ça affiche moins de publicités.

    Seb : je vais aller lire ça.

    Arnaud : très pratique en effet, mais je crois que j’ai déjà bien trop d’extensions installées.

    Olivier Duffez : cette phrase est hélas de plus en plus proche de la réalité. Mais comme je le dis plus haut, c’est dans l’intérêt de Google que ses utilisateurs de sachent pas chercher.

    Pour information, j’ai ajouté en fin d’article des informations sur le projet Sixth Sense, allez voir les vidéos, c’est assez bluffant.

     

    Le 22 janvier 2010 à 10 h 43 min

  • C’est sur que sans les résultats de commentcamarche le web serait différent :D
    C’est sans doute ça le web du futur pouvoir exclure à vie des sites des résultats GG ;)
     

    Le 22 janvier 2010 à 11 h 43 min

  • Petite info rapide, je suis en train d’effectuer une « synthèse » à chaud des informations croisées sur Twitter, avec le hastag #Futursearch, donc n’hésitez pas à donner vos analyses également.

    Le 22 janvier 2010 à 12 h 24 min

  • J’avais un peu cette idée aussi, j’verrais ce soir peut être.

    Le 22 janvier 2010 à 13 h 10 min

  • Le sens de l’histoire des moteurs de recherche c’est d’arriver a compenser l’impossibilité de faire du traitement sémantique sur une masse aussi importante et disparate qu’Internet par de la statistique. Au début on pensait qu’ils viendraient aux traitement sémantique avec la croissance des ressources coté hardware. Mais le volume a indexé (le web quoi !) a cru encore plus rapidement, maintenant on est sur qu’ils ont réussit à compenser avec de la statistique « soupoudrée » de traitement sémantiques ici ou la (synonyme, lematisation, etc.. ). Chapeau bas Google.

    Le 22 janvier 2010 à 13 h 47 min

  • C’est sur que le challenge technique de l’indexation, ou même d’une manière générale, réalisée par Google est déjà du domaine de la science fiction :D

    Le 22 janvier 2010 à 14 h 12 min

  • Matthieu

    Je rejoint l’idée de l’internaute qui est en quelque sorte profileur. Tous les signaux du net (et il y en a beaucoup) sont intégrés par l’internaute pour lui faciliter la compréhension et l’utilisation de la toile.

    Le 22 janvier 2010 à 15 h 28 min

  • Pour wikipedia exagérons pas quand même cela représente un lien à sauter dans la page de résultat par contre les comparateurs et autres grosses boutiques en ligne sont bien plus emm*** et représente souvent bien plus d’une centaine de résultat.
    Amusez vous par exemple à chercher les entreprises d’un petit village et vous verrez la pollution qui peut exister là aussi.
    En tous les cas c’est aussi ce qui fait la puissance de google c’est qu’il y a 1000 façon de trouver quelques choses epérons que toutes ces options ne disparaissent pas un jour sinon c’est HADOPI et la censure qui l’emporterons…

    Le 23 janvier 2010 à 10 h 40 min

  • Christophe

    Bonjour,
    je ne vais pas commenter sur le propos principal de cet article, mais bien sur le lien vers la video de TED que tu as mise Aymeric (bleuffant je dois le reconnaitre).
    Je ne vais pas discerter 10 ans sur le sujet, car je pense qu’il pourrait faire l’objet d’un billet.
    Juste 2, 3 trucs qui me « chatouillent » :

    je n’ai pas approfondi ma visite sur le site de TED, mais je trouve étrange d’avoir choisi les couleurs bleu, rouge, vert et jaune pour les capteurs au bout des doigts de Pranav Mistry.
    Comme par hasard et/ou de façon subliminal, cela rappelle les couleurs de notre cher ami Gg…
    A moins que cela puisse être expliqué scientifiquement, comme par exemple pour reproduire les couleurs d’un prisme, je ne suis pas scientifique, je suppute juste…
    Y aurait-il une quelconque filiation avec Gg ?

    second point troublant, plusieurs bloggeurs ont évoqué la phrase de Larry Page et son concept d’implantation de puce dans le cerveaux.
    Ce « concept » est repris dans la video de présentation de Patti Maes à la quasi-fin de la video (régler le curseur de la video sur 8′ et 32 secondes), vous y lirez cette phrase : »[…]we’ll be here with the ultimate sixth sense brain implant[…]« .
    Y aurait-il une quelconque filiation avec Gg ?

    Je me demande moi, même si pas mal de choses/actions vues dans ces vidéos restent dans le domaine du possible, je me demande moi, si c’est pas tout simplement un gros HOAX des familles tout ça, ou tout au moins, de l’anticipation  tout simplement…

    Le 24 janvier 2010 à 15 h 10 min

  • Les opérateurs google reste quand même trop compliqué a utiliser, c’est du language informatique, bref ca peut être simplifié.
     

    Le 29 janvier 2010 à 12 h 46 min

  • Dom

    Haha, très bon point pour la comparaison des 2 interfaces de Google, je dois avouer que je ne l’utilise presque pas, et que lorsque je l’utilise c’est que je suis dans la lune et je ne pense pas à mettre mon site:xyz.
    Par contre je ne comprends pas ton point d’exclure Wikipedia et Commentcamarche, je t’accorde qu’ils sortent souvent en haut, mais ils ne prennent que 1 ou 2 places sur les 10, et répondent (dans mon cas) à 80% de mes questions, et lorsque je fais des recherches pour des achats ou autres, j’utilise des mots clés qui vont automatiquement faire que ces sites ne seront pas en première position.

    Le 9 février 2010 à 17 h 44 min

  • Commentcamarche est un exemple de sites « suroptimisé » qui va j’imagine être top ou tard pénalisé par Google (fort taux de rebond?). La plupart du temps, une page avec le titre correspondant à la recherche, mais aucun contenu. Bonweb a déjà eu le même problème et a subi un désindexage massif. A chaque fois qu’un site devien « trop » visible, il est analysé de près et disparait des premiers résultats.

    Le 11 février 2010 à 20 h 40 min

  • En fait j’irais un peu à contre sens de ce billet.
    les internautes ne savent-ils vraiment pas comment utiliser un moteur de recherche ou préfèrent-ils la facilité?
    Je pense qu’une partie du débat se trouve là, vous préférez remplir un seul champ ou en compléter une dizaine?
    après je peux me tromper
     

    Le 20 avril 2010 à 9 h 58 min

  • Denise

    Article intéressant. Je n’ai juste pas compris l’exemple. Quelle est la différence entre intext et juste mettre le terme dans la recherche normal puisque google cherche le terme dans les pages ?

    Le 23 juin 2010 à 16 h 47 min

6 Rétroliens pour Recherche idéale

  1. Par L'avenir de la recherche d'information le 21 janvier 2010 à 22 h 01 min

    […] Aymeric Jacquet […]

  2. […] Richardhttp://blog.axe-net.fr/enquete-google-sur-la-recherche-du-futur/Aymeric Jacquethttp://ajblog.fr/referencement/802-recherche-ideale.htmlAntoine Lerouxhttp://www.antoineleroux.fr/google/futur-moteur-de-recherche/697Aurélien Bardon […]

  3. Par La recherche du futur | Pink Seo – Another SEO blog le 21 janvier 2010 à 22 h 11 min

    […] Aymeric Jacquet […]

  4. Par Le futur de la recherche selon Google | Gonzague le 22 janvier 2010 à 0 h 40 min

    […] Olivier Duffez / Olivier Andrieu / David Degrelle / Michel de Guilhermier / Jean-Marie / Laurent / Aymeric / Antoine / Renaud / Aurélien / Léo / Sylvain / Marie 3 Tags: […]

  5. Par » L’avenir des moteurs de recherche | Rémy Bigot, Spécialiste Google et e-commerce le 22 janvier 2010 à 10 h 15 min

    […] Aymeric Jacquet […]

  6. […] Aymeric Jacquet […]