Pandi panda, petit ourson de chine

Pour la référence, soit vous avez des enfants, soit vous avez des souvenirs qui remontent à loin (du genre je vous parle d’un temps que les moins de 20 ne peuvent pas connaître…). Un indice : Tao tao.

Pour le reste, vous vous doutez que je vais bien sur vous parler de l’opération Google : Protect Adwords Need Dollars Action – PANDA.

Pour commencer, je vous propose d’aller lire la transcription faite par Sylvain sur le blog Axenet  (Google et les ravages du panda) d’un article de searchengineland (Lessons Learned at SMX West: Google’s Farmer/Panda Update, White Hat Cloaking, And Link Building) publié après les révélations du SMX West à San josé.

Autrement voici un résumé des annonces sur PANDA :

  1. Lutte contre le contenu de faible qualité : un site entier peut être pénalisé pour quelques pages de faible qualité.
  2. Plus de cloaking du tout : vous aviez fait une jolie version html du site en flash de votre client ? C’est mort.
  3. Linkbuilding : pour la xième fois, oubliez, vos liens doivent être 100% naturels et spontanés.
  4. Liens via des communiqués de presse : gros fumage de moquette, leur information est sujette à des tonnes d’interprétations possibles.
  5. Achat de liens : rien de nouveau, c’est toujours mal (vont-ils pénaliser les sites acheteurs ? Pour l’instant ils ne pénalisaient que les vendeurs).
  6. Mots clés dans le domaine : pénalité potentielle, fort signal de spam.
  7. Trop de publicité sur votre site : ouch, vous êtes probablement un spammeur.

Que retenir de Panda, quels signaux, quelles réelles informations ?

Premièrement, il y a une chose qu’il faut bien comprendre, Google n’aime pas les référenceurs. Depuis des années, GG serre de plus en plus la vis et complique de plus en plus notre travail.

En théorie, tout ça dans le but de contrer le spam de son bel index par les méchants  référenceurs Black Hat. En pratique, soyons clairs, ça ne fait chier que les White Hat.

Je n’ai lu quasiment rien sur le sujet, mais je peux vous le dire, depuis 3 ans, notre travail s’est considérablement compliqué. C’est presque intangible au niveau des procédures, mais c’est visible au niveau des résultats : il faut de plus en plus de travail de netlinking pour obtenir et fixer des positions correctes dès que l’on est dans du concurrentiel.

Et, ça a un impact direct sur le ROI de nos clients : plus de travail = plus de coûts = ROI plus faible.

Ce que je vois dans PANDA, c’est plus une volonté de serrer encore un peu plus la vis de la part de Google, de rendre notre travail encore plus complexe, plus long, plus coûteux que de vraiment lutter contre le « spam ».

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais depuis un an, on parle de plus en plus de techniques de référencement Black Hat (ou techniques de référencement avancées… n’est-ce pas Paul ?) et si vous avez l’impression qu’on en parle beaucoup, c’est tout simplement parce que devant les difficultés croissantes, de plus en plus de référenceurs White Hat s’y intéressent et s’y mettent.

Et ils s’y mettent dans l’espoir d’automatiser ou « industrialiser » certains process pour réduire les coûts et donc rester compétitifs.

Mais compétitifs par rapport à quoi ? A la concurrence qui est confrontée aux mêmes problèmes ?

Non, compétitifs face au « référencement payant » : Adwords.

Rappelez-vous : Google est une entreprise commerciale, et les référenceurs sont les concurrents directs d’Adwords.

Alors, vous allez lire à droite et à gauche, le métier de référenceur à l’ancienne est mort, il faut évoluer, travailler l’image de l’entreprise, sa présence en ligne, utiliser les réseaux sociaux…

C’est vrai, pour de gros clients, parce que, soyons clairs, créer une présence en ligne, une identité, une marque, ça demande beaucoup de temps et d’investissements, c’est quelque chose de très coûteux, c’est une prestation que peu d’entreprises peuvent réellement se payer.

Je peux vous en parler, je gère toute la présence en ligne d’un de mes clients, et ça représente plusieurs jours de travail par mois, je vous laisse vous faire une idée du coût d’une prestation de ce type. Et franchement, ce n’est pas le plombier du coin qui peut se permettre d’investir dans ce type de prestations, car le ROI est loin d’être assuré et l’investissement énorme, car on vise du moyen et long terme.

Le jour où il sera plus intéressant pour une entreprise, même à long terme, de payer de l’Adwords que d’investir dans un référencement White Hat durable, Google aura gagné une bataille…

… mais perdu la guerre.

Je vous laisse deviner pourquoi.

Cordialement,
Aymeric Jacquet

Tags : , , ,

Be Sociable, Share!

28 Commentaires pour Pandi panda, petit ourson de chine

  • J’aime ton billet car il oppose l’annonce de Google et une réalité, la tienne, qui, personne ne le contestera, est une vision d’un professionnel qui sait de quoi il parle. (et cela change de la mode actuelle).
    Cependant je ne suis pas d’accord avec toi sur quelques points.
    Cela n’embête pas que les white hat, les black hat sont eux aussi embêtés, mais eux ont intégré cette variable : en jouant avec Google, on peut se brûler.
    Le référencement n’est pas plus compliqué qu’avant, il change un peu, et cela nous embête de modifier notre façon de travailler, de devoir rebâtir ce que l’on a construit.
    Enfin Google nous aime, nous l’aidons a traiter les informations, nous sommes de petites fourmis, mais quand nous sommes trop entreprenant, il nous met un coup d’insecticide.

    Le 21 mars 2011 à 11 h 03 min

  • Je suis d’accord avec ton analyse. L’autre point, c’est que plus ça ira, plus le référencement naturel ne pourra se mesurer que sur la durée en terme de ROI.
    La vie va être dure pour les petits sites (je veux dire par là, petits clients), mais je ne suis pas certain que cela remette en cause le besoin de référencement naturel de leur sites.
    Plus il y aura besoin de passer par adwords, plus le prix du clic augmentera, le coût du ref nat  devrait donc rester compétitif.

    Le 21 mars 2011 à 11 h 07 min

  • kiapp

    Bel article… une argumentation toute trouvée pour parler aux clients !! Au final c’est quand meme plus kungfu panda que pandi panda !!

    Le 21 mars 2011 à 11 h 18 min

  • Aurélien : Oh, je pense que les white Hat ont aussi intégré cette variable, c’est juste que dans la logique pure « white hat » du travail, quand on voit tous les investissements « propres sur eux » qui perdent potentiellement de plus en plus de valeur, il faut avouer que c’est assez frustrant.

    Sylvain : Et sincèrement, le long terme, les petits clients ils n’aiment pas trop.

    kiapp : Faut essayer Pandi Panda à haute dose, c’est à la longue plus fatigant.

    Le 21 mars 2011 à 11 h 25 min

  • Excellente conclusion.
    Quand on voit l’intrusion croissante de la pub sur les services Google :  Maps, You Tube, GMail…  cela ne fait aucun doute. Avant d’être LE moteur de recherche, Google est avant tout une régie publicitaire.
    Il y a 10 ans, qui aurait prédit le déclin spectaculaire de leaders tels que Yahoo ! (search) ou Nokia (mobile) ? Reste à inventer le futur de la recherche web, et j’ai le sentiment que les internautes sont enfin prêts à utiliser une alternative (on revient à la conclusion de cet article)… D’ailleurs, l’alliance Bing + Facebook inquiète la firme de Mountain View.

    Le 21 mars 2011 à 11 h 32 min

  • Excellent article, surtout pour partie sur la confrontation entre Adwords et SEO. Google se mord constamment la queue : il doit fournir des résultats plus naturels et pertinents, ce qui nuit constamment à Adwords.
    Et je rejoins l’avis d’Aurélien : Panda n’est qu’une énième modification de notre façon de travailler, et qui aura un impact plus ou moins important en fonction de ce que Google appelle « Mauvaise qualité »…

    Le 21 mars 2011 à 11 h 49 min

  • Bon article, j’aime bien quand tu dis « En théorie, tout ça dans le but de contrer le spam de son bel index par les méchants  référenceurs Black Hat. En pratique, soyons clairs, ça ne fait chier que les White Hat »

    après cela complique aussi la tâche des Black hat aussi car à partir du moment où les filtres deviennent plus sélectifs, tu dois adapter tes techniques mais on est d’accord que le BH a encore un bel avenir quand on voit les bouillies se positionnaient sur le concours seotons par exemple…

    Le 21 mars 2011 à 13 h 56 min

  • Emile

    Hé… mon concurrent principal est en 1ére position sur la requête qui m’intéresse… Son domaine c’est précisément la requête… il devrait donc chuter grave… j’attends de voir ça tiens

    Le 21 mars 2011 à 14 h 21 min

  • baxxx

    Je suis mal partie ) J’ai des mots clés dans le NDD et je fais des alternatives html au flash pour les versions mobiles et contrainte d’accessibilité … ca va être funky d’expliquer ca à mon taff si ca se vérifie ;)

    Le 21 mars 2011 à 14 h 50 min

  • Ok, j’avoue, ça fait aussi chier le BH. Seulement, je ne pense pas me tromper si je dis que le référencement BH a beaucoup plus de latitude et de possibilités de rebondir que le bon vieux WH à la papa.

    Le 21 mars 2011 à 15 h 25 min

  • Tout d’abord, merci pour cet article ;)
    Pour moi, il est clair qu’il va être de plus en plus difficile de se positionner avec un budget limité tel TPE/PME … et je trouve cela dommage, on risque peut-être d’y perdre une certaine richesse du web.
     

    Le 21 mars 2011 à 15 h 37 min

  • C’est un point de vue intéressant, mais il faut également tenir compte du fait que la « pression » dans les résultats de recherche est de plus en plus forte.
    L’objectif de tout référenceur est de positionner son site en première page de Google, et si possible dans les 3 premiers résultats mais il faut prendre conscience que le volume du web d’aujourd’hui est bien supérieur à celui d’il y a 10 ans, 5 ans ou même 6 mois. Chaque jour il devient plus difficile de positionner un site car chaque jour il y a plus de concurrence, et ça ne va pas aller en s’améliorant. Le fait que Google lutte contre les technique qu’il considère comme étant de la « trîche » me parait normal dans le sens où il n’ont pas intérêt à ce qu’un faible nombre de sites (ou propriétaires de sites) trustent les meilleures positions.
    L’une des conséquences de ça est en effet que le référencement payant deviens de plus en plus rentable, et surtout de plus en plus indispensable. De toute manière c’est inéluctable, plus il y aura de contenu, plus le référencement payant prendra de l’importance, plus le trafic sera cher…

    Le 21 mars 2011 à 17 h 20 min

  • Christophe

    Bonsoir,
    point de vue vraiment pertinent auquel j’adhère totalement et qui me conforte d’autant plus dans l’idée de diversifier impérativement ses sources de trafic.
    A la lecture tes propos, je me dis qu’il devient de plus en plus suicidaire de péreniser un business uniquement sur la manne de trafic et de visibilité que Big G daigne nous servir ou pas.

    Le 22 mars 2011 à 0 h 47 min

  • J’aime bien la mise en perspective des enjeux de ton article, mais on ne va quand même pas se laisser emm….. par un brouteur de bambou, non ?
    Je suppose que ces nouvelles guidelines seront suivies par d’autres et qu’on s’y adaptera doucement. La vraie difficulté sera plutôt de continuer à apparaitre dans les toutes premières positions alors que le flot de nouveaux acteurs s’accroit chaque jour, car il ne s’agit pas de rester dans le 1% de tête mais d’être en première page.
    Pour Google, la sanction potentielle est différente ; un désamour du public s’il n’est plus pertinent et agréable à utiliser, ou si un concurrent sérieux apparait.

    Le 22 mars 2011 à 8 h 03 min

  • Agence Sabattini

    J’aime cet article mais plusieurs points m’interpellent :
    1- je ne sais pas si on parle de BH parce que les référenceurs tombent dans le côté obscure de la force, je ne sais pas non plus si la ligne et si claire que cela, je pense au contraire que ces mises à jour poussent les référenceurs les plus sérieux à s’éloigner de la border line
    2- le travail du référenceur, se modifiera et la participation de l’entreprise deviendra plus importante qu’avant pour compenser cette obligation horaire de travail mais je ne crois pas que les petits sites en patiront, c’est généralement eux qui sont le plus serieux dans l’investissement nécessaire à la réussite du projet réfencement
    En revanche j’adhère completement au fait que notre travail se complexifie et je pense que cette sélection technique est une excellente façon d’écremer les prestataires web
    S.

    Le 22 mars 2011 à 9 h 02 min

  • Je suis impatient de voir ce que ça va donner avec la mise à jour de l’algo, ça ne sera pas forcément positif… Je crains qu’il y’ait beaucoup de dommage collatéral….
    En tout cas ça risque de considérablement compliqué le boulot des référenceurs. Pas de date de précise pour l’arrivé en France?

    Le 23 mars 2011 à 10 h 09 min

  • Thierry

    je trouve le commentaire de Publika un peu fort de café :
    je suis à Montpellier et quand je tape « référencement montpellier » sur Google blog search je vois la soupe au Duplicate Content que nous sert par grosses louches chaque mois cette si plaisante et charmante agence, qui se permet ensuite de  critiquer le dernier concours SEO :
    le lien > http://tinyurl.com/68utue7

    ça me saoule grave votre pollution !

    Le 24 mars 2011 à 2 h 28 min

  • Article intéressant.
    Et toujours le même soucis commercial de Google avec la concurrence entre les résultats naturels qui leur rapporte rien et les liens sponso …

    Le 24 mars 2011 à 11 h 08 min

  • Quelqu'un

    Ah, nos chers amis de Publika font encore parler d’eux !
    cf: http://www.laurentbourrelly.com/blog/844.php
    alors est-ce la solution : https://www.google.com/webmasters/tools/spamreport?hl=fr

    Le 24 mars 2011 à 19 h 21 min

  • Excellent article ! Et sur ce coup là, la pertinence des divers commentaires complètent à merveille le billet. C’est compliqué tout ça, mais je ne suis pas sûr que Google se cannibalise. Google, ce qui a fait son succès, c’est son moteur de recherche. Par la suite ce sont les outils gratuits tels que gmail, analytics, etc… Mais au final, il faut voir Google comme un simple éditeur qui monétise son site comme tout le monde. Il a besoin de résultats propres car comme tout entrepreneur du Web, il a des concurrents. Notamment Bing & Yahoo. Il a besoin de VU pour qu’Adwords continue d’encaisser un max. Donc des résultats nettoyés de spam ne dérangerait pas Google, au contraire. De l’informatif en naturel et du commercial en Adwords, c’est bien sûr le Google idéal pour Google. Mais au final, les référenceurs, Google ne les déteste pas pour un tas de raison :)

    Le 29 mars 2011 à 0 h 57 min

  • Je suis en partie d’accord avec cette analyse, mais je vois les choses d’une façon beaucoup plus optimiste (ou naïve peut être, c’est selon). Certes, le budget référencement des clients va en prendre un coup. D’un autre côté, plus la donne est compliquée, et plus grandes sont nos chances en tant que pros de remporter la mise.  Je vois dans cette nouvelle évolution de l’algo de Google une nouvelle opportunité pour les SEOs de faire valoir leur légitimé. Après tout, pourquoi se payer un pro pour faire son site et pas pour son référencement ? Avec le temps, ça deviendra peut être une évidence.

    Le 29 mars 2011 à 13 h 08 min

  • Quand je lis ce genre d’article, somme toute très intéressant, j’ai l’impression que l’auteur oublie le principal but de Google : fournir des résultats de qualité aux internautes.
    Alors non, à mon avis, Google ne s’amuse « pas qu’à » emmerder les SEO. Sa façon de faire n’est clairement pas la plus transparente et la plus loyale vis à vis des professionnels, mais il ne faut pas non plus victimiser sans cesse.

    Le 31 mars 2011 à 20 h 31 min

  • Sur Google.fr la concurrence reste encore bien plus faible que sur Google.com Nous avons encore parfois la possibilité d’obtenir des résultats rapidement et facilement.
    Pour combien de temps encore ?-)

    Le 2 avril 2011 à 15 h 15 min

  • A force de trop vouloir brider l’algorythme, ova bientôt devoir plus penser en terme de seo que de lectorat, et c’est bien dommage. On nous dit que les annuaires n’amènent pas de trafic (ce qui est vrai), et rares sont ceux qui donnent vraiment du jus. Quant aux cp, il peuvent générer du trafic, tout comme les digg-likes, mais difficile aujourd’hui d’établir clairement une stratégie. Quand google affirme vouloir préserver son business de référencement payant, il vient de fermer en parralèle près de 50 000 comptes pour non respect qualitatif. Google serait-il schyzophrène ?

    Le 6 avril 2011 à 14 h 45 min

  • @yavndupuy : Concernant Adwords, j’ai l’impression qu’ils sont dépassés niveau respect des guidelines. J’ai de nombreuses campagnes dans un secteur borderline interdit par les guidelines Adwords et pourtant elles tournent toujours. Des concurrents ont eux été giclés et d’autres resteront en ligne après moi, c’est la qu’il n’y a pas de cohérence.
    Schizophrénie je ne sais pas mais incohérence c’est sûr.

    Le 8 avril 2011 à 12 h 23 min

  • oeil de tigre

    Je connaissais pas la nouvelle appelation PANDA, enfin ca reste dans la continuité de google qui ne cesse de nous compliquer la vie en temps de pro sur le web. Google mange de plus en plus tous les domaines avec ses applics annexes, adword ne cesse d’augmenter pas que à cause de la concurrence mais aussi parce que google établi des minimum d’enchère de plus en plus haut. Comme tu dis cela revient de plus en plus chère d’être activement présnet sur le moteur de recherche google.
    Je serai franchement ravi que la concurrence reprenne le dessus mais je dois dire que en temps qu’utilisateur google reste à mon avis le moteur de recherche le plus pratique.
     

    Le 18 avril 2011 à 13 h 59 min

  • Je n’Est pas hâte que l’algorithme passe au Canada…Ca va faire du dégât!
    Il parait que Panda va faire beaucoup de dommage en France et au Canada qu’aux État-Unis mais je ne crois pas vraiment à ça.
    Bannir les fermes de contenu…; Les journaux en ligne vont alors tous disparaître !!!

    Le 4 mai 2011 à 18 h 58 min

  • Lu sur WRI un article intéressant sur la prise en compte de l’algo sur commentcamarche.net site ô combien présent dans les SERPS sans pertinence systématique. Ceci, toujours aucun signe de l’arrivée du panda chez nous, si ?
    Concernant les premiers éléments du bouleversement dans les pays anglophones il s’agit – j’ai l’impression – surtout de site construit pour la pub et le trafic. Rien à voir avec une orientation visiteur..

    Le 18 mai 2011 à 20 h 46 min