Portage salarial ou société?

Quand j’ai créé mon activité pour la première fois il y’a deux ans, j’avais opté pour le portage salarial, car à l’époque c’est ce qui me semblait le plus simple…quoi que…

Le portage, soyons honnête, c’est intéressant, surtout si comme moi on a tendance à être allergique à l’administratif/compta/gestion/prise de tête, rayez la mention inutile.

Mais, avec un peu de recul, même si la solution de portage semble la plus simple, elle comporte de nombreux désavantages dont le principal est souvent un manque de souplesse.

En effet, le système souvent utilisé par les sociétés de portage peut finir par rebuter les entreprises, je m’explique;
prenons par exemple Ventoris (anciennement « créer en France ») société/association de portage salarial qui fait de l’avance sur facturation (vous êtes d’abord payé, ils se chargent de récupérer les sous).

Un contrat classique de prestation se fait en plusieurs étapes :
– proposition de la société commanditaire à Ventoris, ils vérifient la solvabilité et acceptent ou non.
– Création d’un bon de commande que le client doit signer en 3 exemplaires et renvoyer à Ventoris (ou au prestataire qui renvoie les bons de commande).
– Appel à facturation à Ventoris lorsque le travail est effectué.
– Envoyer au client un compte rendu d’activité (CRA pour les intimes) qu’il doit accepter et signer puis renvoyer à Ventoris.
– Et enfin la facturation.

Et ce en théorie pour chaque travail effectué dans le mois pour ce client. Sachant que de plus, le bon de commande doit-être renvoyé 3 jours avant le début des travaux pour laisser le temps à la société de portage d’éditer le contrat de travail correspondant.

Bon je vous avoue que souvent pour un travail urgent, on fait d’abord, et ensuite on s’occupe des papiers, mais du coups sans garantie aucune que le client paie puisqu’il n’y a aucune trace légale de sa commande.

Pour en revenir au sujet initial de ce billet, si la question « portage ou société » se pose à moi actuellement, c’est que, à l’époque, mes clients me connaissaient, ils faisaient partie de mes réseaux et pour eux la question ne se posait même pas de savoir qui travaillait pour qui et qui faisait quoi.

Aujourd’hui, la problématique est différente, je prospecte en terrain inconnu, je ne suis pas connu du tissus économique local, et je ne connais que peu ou pas d’acteurs dudit tissus.

Il faut bien se l’avouer, le portage commence à être connu, mais principalement dans le milieu des services et encore… pour preuve un questionnement bien légitime revient souvent sur les réseaux d’indépendants de la part de ceux qui se lancent : le portage c’est quoi? c’est bien? Ca consiste en quoi?

Nous avons pourtant souvent affaire à une population habituée du net et des ses extraordinaires possibilités au niveau de l’information, et pourtant, la question est récurrente.

Maintenant, posons un petit jeu de rôle, juste comme ça pour voir.

Moi, Aymeric JACQUET, patron d’une petite structure (j’adore les jeux de rôle), je reçois un potentiel prestataire (appelons le MIKE) qui vient me proposer ses services de relecteur/rédacteur, qui, il l’a bien senti, sont susceptibles de m’intéresser.

  • MIKE : bonjour blablabla indépendant, blablabla rédacteur, blablabla produits et services, blablabla valeur ajoutée…
  • Avouez que son argumentaire est convaincant.
  • Moi : effectivement, blabla projets, blablabla com, blablabla quelle société déjà? blablabla combien?
  • MIKE : Blablabla, pas de société, je suis en portage salarial.
  • Moi : ahh oui le portage, j’en ai entendu parler mais j’avoue ne pas m’être intéressé à la question. (pfiuuu je m’en sors bien).
  • MIKE : le portage…explications…
  • Moi : mais au final, je travaille avec qui? (ou encore : qui travaille pour moi?)

Et je crois que le cœur du problème se trouve ici, au niveau de l’identité. Votre client à d’autres soucis qu’essayer de savoir ou de comprendre avec qui il travaille.

Lors d’un entretien avec un prospect, on a peu de temps pour convaincre et vendre, doit-on perdre du temps à expliquer un mode de fonctionnement passablement nébuleux qui est peut-être la chose qui va le plus marquer votre interlocuteur?

Pour faire une conclusion rapide et hélas un peu tronquée (désolé le travail m’appelle) le portage c’est bien si :

  • Etre indépendant n’est pas votre activité principale.
  • Vous êtes déjà en poste mais voulez accepter un contrat externe dans la plus grande légalité. (vérifiez quand même les plafonds horaires)
  • Vous êtes indépendant (entreprise ou autre) mais voulez répondre à une commande qui ne corresponds pas à votre activité enregistrée.
  • Vos clients vous connaissent déjà et sont récurrents.
  • Vous voulez accepter des premiers contrats en période de « prospection – étude de marché » (et encore…).

Sur ce je retourne travailler à la création de ma société.
A bientôt,
Aymeric JACQUET

Cordialement,
Aymeric Jacquet

Tags : ,

Be Sociable, Share!

2 Commentaires pour Portage salarial ou société?

  • edi

    Du nouveau dans le monde du portage salarial :

    En terme de droit du portage salarial, le 23 juin 2008, la loi portant sur la modernisation du marché du travail et fixant notamment un cadre juridique au portage salarial vient d’être promulguée suite à son adoption par l’Assemblée nationale et le Sénat.

    Source : ITG

    Le 29 juillet 2008 à 14 h 27 min

  • Le portage salarial peut aussi être considéré comme une période transitoire pour les futurs créateurs d’entreprises…Il ne faut pas l’opposer au régime d’autoentrepreneur .

    Le 20 janvier 2010 à 18 h 04 min