Habillage de Mailings et Newsletters, un marché à prendre

Les entreprises communiquent, de plus en plus, en profitant des possibilités énormes et des coûts moindres offerts par les solutions d’emailing.

Je connais même certaines entreprises qui n’ont pas de site Internet, mais qui utilisent massivement l’email pour communiquer.

Ce billet n’a pas pour but de parler du bien fondé de ce mode de communication ni de ses abus (je compte d’ailleurs revenir sur ce sujet), mais bien de ce qui nous intéresse, nous autres Designers : l’habillage de ces emails.

Bien que je ne sois pas un fan des mails html qui bougent de partout, versions miniatures de Cdiscount, il faut quand même avouer qu’un email bien conçu et attractif visuellement, ça a plus de gueule que les horreurs que je reçois quotidiennement dans ma boite email. Je ne peux même pas vous montrer d’exemples, en général ils vont direct dans la boitaspam (je vais essayer d’en garder un ou deux pour faire des captures d’écran).

Tout ça pour vous dire qu’il y a un marché, et un gros, sur lequel peu de prestataires communiquent (moi le premier, mais ça va vite changer).

On se retrouve face à des difficultés techniques très proches de la prise en main des templates de CMS et autres plateformes, mais dans les faits, ce n’est pas plus compliqué, la plupart des solutions de mailing fonctionnent sous forme de tags précis à intégrer dans les différentes parties de la matrice de mail.

N’oubliez pas non plus les bons principes, si un client vient vers vous pour un email au format html, sachez lui donner les bons conseils, lui faire faire le bon choix en fonction de sa cible.

Je vous conseille à tous la lecture de cette traduction d’article sur pompage.net : Emails HTML – Dompter la bête.

Si le client a déjà utilisé sa solution de mailing, il devrait avoir des statistiques au niveau des clients mails utilisés par les destinataires, ce qui peut être très utile pour faire les bons choix de formatage de vos mails html.

Maintenant, reste à monter une offre, simple si le client a déjà une communication existante, plus compliqué si on doit faire une création graphique de A à Z. Il est difficile de pratiquer un tarif de création classique sur un produit de ce genre, de mon côté, j’y réfléchis encore.

Un autre point à ne pas négliger; utiliser la matrice d’email comme un plus face à la concurrence, l’intégrer à votre offre commerciale de création de site.

Pour finir, pensez-y, sérieusement, il y a là un vrai marché, d’autant plus que des outils gratuits comme zookoda ont fortement percé le marché et donnent un accès aisé à ce type d’outils de communication pour tous types d’entreprises.

Cordialement,
Aymeric Jacquet

Tags : , ,

Be Sociable, Share!

7 Commentaires pour Habillage de Mailings et Newsletters, un marché à prendre

  • Florent V.

    Tiens, c’est pile le sujet que j’ai rajouté à la liste de mes missions (pas excessivement chargée lors de ma prise de poste) pour cette année.

    Donc au programme, et dès que le machin à lancer demain matin et à corriger/fignoler (bon ok, peut-être plus corriger que fignoler, du coup les clients feront un peu beta-testeurs… ouch) tournera bien, j’ai :

    • refonte complète du site web de la boite ;
    • étude d’un projet e-mailing de qualité avec peut-être mutualisation des couts entre quelques acteurs du réseau.

    Et cette fois, je crois que je vais avancer les deux projets en parallèle, parce qu’en mono-projet je crois bien que je perds pas mal de temps.

    Enfin bref, juste pour dire que le sujet est très chaud ces temps-ci, au moins pour moi. :)

    Le 20 juin 2007 à 23 h 18 min

  • PS: Aymeric dédie ce billet à Jean-Philippe

    Le 20 juin 2007 à 22 h 52 min

  • Nicolas Auvinet

    Décidément Monsieur Jacquet les grands esprits se rencontrent…
    Ma -modeste- expérience : la clé du problème ce sont les serveurs d’envois et les bases de données des mails (location, achat, base du client récupérée n’importe comment…) ! Le graphisme, la mise en page.. ça reste classique même s’il faut vraiment travailler ce format spécifique.

    J’ai fait depuis plus de 6 mois un panorama des différentes offres de gros existantes sur le marché. A titre perso, je trouve que NP6 à le meilleur rapport qualité/prix. L’idéal serait en France une solution équivalente à un Campaign monitor, qui est dépourvu de droitsd’entrée en terme d’achat de volume de mails…

    Pour ce qui est de facturer ? allez pas de langue de bois ce soir :)

    450 € HT le montage d’une campagne (pas cher non ?…) (mais j’essaye toujours de facturer une conception de charte sur la première campagne et j’apporte une réflexion webmarketing globale à la mise en place de la solution…)

    A cela, j’ajoute des frais techniques de location du serveur « blanc » d’envoi : 6 centimes par mail (dégressif suivant volume)

    Ca rapporte alors, Monsieur Jacquet ;)

    Hum hum…

    Je précise qu’avant cela il faut payer la location de l’accés à la solution choisie, donc la marge est… bref j’en parle même pas…

    Donc c’est pas évident… Le problème majeur : les sociétés payent de moins en moins le conseil ?! Pour la réalisation technique, pas de problème… pour des conseils c’est plus dur… peut être que je suis un manchot aussi mais bon… Le conseil : c’est du temps, de l’expérience, de la veille !

    La seule satisfaction les clients sont TROP contents ! et si les clients sont contents, je suis content ! Plus sérieusement c’est un bon moyen de « mettre le pied » dans un service marketing d’une pme par exemple, pour qui le web = vitrine = « c’est bien gentil mais ça rapporte pas grand chose »

    Avec l’emailing, les résultats sont là ! Faîtes confiance à Nicolas Auvinet Aymeric Jacquet :) Merde on est chez toi quand même !

    Le 20 juin 2007 à 22 h 54 min

  • C’est un sujet qui m’intéresse.

    Aymeric tu écris « Tout ça pour vous dire qu’il y a un marché, et un gros … »

    Tu te bases sur ton expérience personnel, beaucoup de clients te demandent ce genre de prestation où est ce simplement une intuition de ta part ?

    Le 21 juin 2007 à 0 h 34 min

  • Jean-Philippe : ;)

    Nicolas Auvinet : Je crois surtout que quand on fait un minimum de veille sectorielle et commerciale on ne peut arriver qu’à des constatations similaires.

    Je n’ai effectivement pas parlé « technique » et « solutions » dans cet article pour la bonne raison que c’est encore dans ma to-do list et que encore une fois, il y a des gens (toi par exemple) qui se sont déjà fortement penchés sur ces aspects du marché.

    Pour le conseil, nous sommes bien d’accord, la raison principale étant que nous ne positionnons pas comme consultants, et donc que nos clients considèrent que le conseil fait partie intégrante de nos offres commerciales. Dans les faits, le conseil est toujours facturé, pas forcément en tant que tel, mais souvent intégré dans nos devis de production. Voir pour rappel bon billet : Politique commerciale : le prix de réserve.

    D’un autre côté, nous ne positionnons pas totalement de la même façons dans le métier, si je me souviens bien, tu es plus positionné « communication, marketing » que je ne le suis.

    Il reste que la plupart des solutions de mailing au « cout par mail » sont intéressantes pour du mailing marketing ciblé, plus difficile à vendre à des clients qui ont des bases avec des milliers d’adresses.

    Florent V : Houlaaa, ça se complique, mais du coup ça te fais un large champ d’application de compétences, bénéfique pour « l’après ».

    PixEnjoy : en fait, il faut interpréter différents signaux et différentes sources :
    La demande client qui elle est bien présente
    L’évolution des produits et offres existantes
    Les forums professionnels et les listes de diffusion
    Les blogs de professionnels

    Le tout mixé à la sauce expérience professionnelle, que l’on peut aussi appeler l’intuition dans certains cas.

    l’ensemble de ces signaux peut permettre alors de cerner l’ouverture de tel ou tel marché et de pouvoir s’y positionner.

    Le 21 juin 2007 à 9 h 18 min

  • Merci Aymeric pour cet article et les liens fort utiles.

    Le 21 juin 2007 à 14 h 04 min

  • Florent V.

    Aymeric : je ne sais pas encore si ça se complique, faut d’abord que j’étudie la faisabilité. Mais le vrai défi, ça n’est pas la technique ou le choix d’une solution logicielle et/ou commerciale, c’est plutôt d’arriver à embarquer plusieurs personnes morales « fédérées mais pas toujours coopérantes », avec des difficultés :

    • techniques (mais ça devrait être jouable) ;
    • légales (émettre au nom de plusieurs personnes morales, pas évident…) ;
    • humaines (et là, c’est le plus dur…).

    Sans oublier que certains ont peut-être déjà des choses en place (de l’e-mailing couteux au cas par cas, voire régulièrement, via des prestataires web généralistes qui ne verront sans doute pas ça d’un très bon oeil…).

    Donc pour l’instant je n’ai pas promis de mener ça a bien. Je suis tombé d’accord avec ma directrice et le CA pour dire que c’était une piste de développement à creuser, mais la seule chose de planifiée c’est une étude de faisabilité/opportunité. Verdict plus tard, donc.

    PS : si ça te va je te tiens au courant d’ici quelques semaines. On pourra échanger les résultats de nos prospections respectives. :)

    Le 21 juin 2007 à 16 h 38 min