Quelle est l’utilité des plateformes de sites internet "tout en un" ?

En dehors de nos CMS adorés ou de nos développements sur mesure, il existe un certain nombre de plateformes d’hébergement proposant des solutions de gestion de sites internet.

Ces plateformes proposent à leurs clients des sites « clé en main » avec des fonctionnalités plus ou moins avancées, du blog à la boutique complète en passant par le site corporate et le catalogue produit.

Si je vous dis typepad ou blogger, vous voyez de quoi je veux parler, même si ces deux exemples ne proposent à la base que des offres de blogs ?

Bref, ce type d’offres existe presque depuis les débuts d’internet et jusqu’à maintenant je ne m’y étais que peu intéressé.

Sauf que les produits évoluent, en bien, et c’est sans honte que j’avoue avoir été approché par une de ces plateformes pour créer du template ou revendre leur solution à mes clients, leur produit me semble de qualité mais je n’ai pas encore pris de décision pour l’instant.

Pour revenir à la question à l’origine de ce billet je vais essayer de dresser une liste assez simple de l’utilité de ce type de plateformes tant du point de vue du client lambda que du professionnel du web.

Utilité pour le client lambda :

  • Il peut se créer son blog, son site internet en 5 minutes top chrono avec un rendu professionnel.
  • Il peut du coup n’avoir qu’un seul interlocuteur puisque certaines de ces plateformes gèrent également le nom de domaine (attention je ne dis pas forcément que c’est bien, juste que pour beaucoup de personnes, c’est pratique).
  • C’est un coût maîtrisé, le client sait combien il va payer chaque mois.
  • l’investissement initial est moindre : pour une jeune société avec un petit capital, créer son site internet peut être un énorme investissement.

Utilité pour le professionnel :
Attention, j’entends ici par « professionnel », un indépendant dans mon cas, principalement Webdesigner pour qui la partie gestion/hébergement/entretien n’est pas à forte valeur ajoutée.

  • Peu ou pas de besoins spécifiques en programmation.
  • Des produits techniques « clé en main » répondant souvent assez bien à des besoins de projets « simples ».
  • Les mises à jour techniques/failles de sécurité sont gérées par la plateforme.
  • On peut souvent gérer de multiples comptes et nombre d’options que l’on ne trouve pas sur un CMS classique sont proposées (principalement des fonctions liées à l’hébergement).
  • Centralisation des projets et uniformité des solutions.

Inconvénients (et oui, tout n’est pas rose dans le monde des plateformes) :

  • Prise en main souvent limitée au niveau de la structure html.
  • De fait il est souvent difficile de travailler l’accessibilité en profondeur.
  • Technologies souvent propriétaires.
  • Portabilité des projets pour des évolutions futures loin d’être optimum.
  • Possibilités d’évolutions limitées, bien que souvent ces plateformes sont assez réactives face aux besoins de leurs utilisateurs.
  • Coût important sur le long terme sachant qu’en fonction des besoins des projets ces plateformes font des abonnements allant de 15 à 60 euros et plus par mois.

Il n’empêche que pour des projets assez « simples », ce type de solutions peut parfaitement suffire pour gérer des sites internet, elles proposent même assez souvent des gestions de médias très avancées là où il faut souvent bidouiller pour obtenir des outils similaires sur nos CMS préférés.

Je vais essayer à l’avenir de faire quelques tests de plateformes du genre qui me semblent prometteuses, je vous tiendrai au courant.

Cordialement,
Aymeric Jacquet

Tags : , , , , , , , ,

Be Sociable, Share!

10 Commentaires pour Quelle est l’utilité des plateformes de sites internet "tout en un" ?

  • Florent V.

    Il faudra effectivement que je m’intéresse à tout ceci. Ça me semble correspondre à une solution intermédiaire pour les entreprises et organisations : on recherche une solution professionnelle et gérable en interne (de type CMS), mais sans y mettre le budget important d’une création complète.

    Le 1 juin 2007 à 22 h 49 min

  • Je me permets une incursion dans votre univers de professionnels pour appuyer le billet de Monsieur JACQUET. Nous avons opté pour une solution TYPE PAD Pro mais nous souhaitions un habillage personnalisé. La proposition de AJCREA nous a séduit, le résultat est conforme à nos espérances. Sans être pléthorique, il existe un marché pour l’habillage de blogs d’entreprise… et pour celui qui veut pousser plus loin, il y a un accompagnement à opérer auprès des PME pour les aider à intégrer cet outil dans leur service client. Merci à Mr JACQUET pour nous avoir utilement conseillé dans ce projet.

    Le 1 juin 2007 à 21 h 19 min

  • JEROME CLARYSSE : Vous êtes le premier client à venir exprimer son contentement sur le blog et je vous en remercie. J’espère que le blog donnera entière satisfaction aux membres de votre GIE.

    Florent V. : C’est effectivement le genre de solutions qui peut correspondre aux besoins d’organisations ou associations qui n’ont pas de gros moyens tant financiers que humains. Comme nous avons déjà eu l’occasion d’en discuter, les couts et besoins en maintenance peuvent être un réel casse tête pour des gestions post projet.

    Le 2 juin 2007 à 22 h 29 min

  • Tu oublies un inconvénient : ça nous fait une sacré concurrence :D

    Le 5 juin 2007 à 22 h 12 min

  • Lanza : pas forcément plus que des CMS classiques si tu te bases du point de vue du développeur. De plus il s’agit d’un marché à fort potentiel d’ouverture.

    Plusieurs de mes clients récents sont venus me voir après une expérience de site internet sur une plateforme de ce type. Ils avaient créé leur site avec peu de budget, ils ont testé l’impact de l’outil, ils viennent avec une base plus forte des usages internet et donc avec des projets plus matures.

    Le 6 juin 2007 à 10 h 12 min

  • Oui, tu as raison. Mais en fait je vois des concurrents partout en ce moment, par ce que je suis en train de monter une structure. Ça me passera :)

    Le 8 juin 2007 à 9 h 12 min

  • Je suis en retard dans le suivi des commentaires moi.

    Lanza : Tu vas passer en sous traitance de la société qui t’emploie dans un premier temps ? tiens moi au courant parce que tes compétences ROR peuvent fortement m’intéresser si tu t’installe à ton compte.

    Le 11 juin 2007 à 18 h 40 min

  • Florent V.

    Via une pub éhontée sur Alsacréations (mais que font les modérateurs ?), j’ai visité ceci :
    http://www.ugal.fr/offre/

    Sur le principe, ça a l’air pas mal, et les modules de type portfolio, catalogue de présentation (pas vente à priori, ce dernier point a l’air d’être en chantier) et surtout newsletter fournissent à priori suffisamment de modularité pour convenir aux besoins de beaucoup de TPE… ou, comme tu le dis, à de vrais premiers pas sur le Web.

    Faudrait voir la technique derrière.

    Ça diminue les frais de mise en place de solution technique type CMS, et ça limite les possibilités en design et donc sans doute les frais de conception graphique (hmm… à voir… surtout si la personnalisation est ardue… ou alors il faut viser le minimum syndical, genre choix d’un thème correct + personnalisation d’en-tête). Cependant, pour faire les choses bien il faudra un minimum de conseil. On peut même imaginer que le client fasse appel au concepteur web pour animer le site (contenus, évolutions légères), s’il ne souhaite ou ne peut pas le faire en interne.

    Par contre, ça rend le web abordable pour faire les choses complètement par soi-même (c’est à dire : sans nous ;)), quitte à faire les choses un peu ou beaucoup de travers, mais au moins on a une base technique fiable. Bref, ce genre de solution, si elle n’est pas utilisée comme outil par un prestataire dont c’est le métier (conseil, webmastering), serait alors aux PME/TPE ce que le blog est aux particuliers.

    Globalement je trouve ça plutôt positif. Si une entreprise qui n’a pas de compétence particulière dans le Web veut faire les choses par elle-même sans passer par un professionnel, autant qu’elle passe par ce genre d’outil, plutôt que par du bricolage dans Dreamweaver. Et pour nous, c’est un outil supplémentaire à proposer : du CMS prêt-à-porter, en quelque sorte.

    Le 21 juin 2007 à 16 h 27 min

  • Florent V. : c’est par eux que j’ai été approché. ;) Mathilde me semble très active dans la communication/prospection.

    Le produit est pas mal, derrière c’est du java d’après ce que j’en sais, maintenant il est vrai que le produit est très complet et le rendu html très acceptable comparé à d’autres produits du genre.

    Concrètement, les plateformes ont un gros avantage sur les CMS pour la TPE qui désire se faire un site à moindre frais : aucun investissement technique.

    Parce que ce qui peut nous sembler très simple du fait de nos compétences.

    Installer un, CMS en gros ça demande de savoir utiliser un FTP, d’avoir un hébergement qui gère PHP et Mysql, peut être un poil de connaissances en droits sur des répertoires et fichiers et roulez jeunesse.

    Maintenant, relis la phrase du dessus en imaginant que Internet pour toi, c’est Internet Explorer et Outlook Express. En gros, la même phrase en chinois aurait été à peu près aussi compréhensible.

    Je ne les considère pas vraiment comme de la concurrence, mais plus, comme tu le dis, comme des outils supplémentaires avec lesquels il faut compter.

    Ce qu’il faut bien se dire, c’est que de toutes façons, la société qui se fait par ce biais un site a moindre frais n’aurait pas été demandeuse de mes services, du moins, dans un premier temps.

    Le 21 juin 2007 à 17 h 22 min

  • Je reste tout de même un tantinet perplexe sur ce genre d’offre, elles ne se valent pas toutes et ne construisent pas toutes un web « sain » (si je peux me permettre cette formulation moraliste) : à moins d’offrir quelque chose d’extrêmement personnalisable, de très modulable, les workflows sont en général conçus d’avance et méprise de ce fait la notion de produit adapté et de qualité. Ce que j’appelle un produit adapté, c’est celui qui bénéficie d’une expertise dans ses moindres détails, ça ne veut pas dire forcément cher, mais ça générant un produit cohérent par rapport au message, au support, et à la cible.
    La plupart du temps, les plateformes gratuites ont un modèle de business quantitatif, les homepage se ressemblent toutes, et quand un auteur se risque à la personnaliser c’est souvent assez horrible. On y fait fi des URL optimisés, de l’accessibilité, de la pluralité et de l’interopérabilité des formats, on y trouve souvent de la pub sponsorisée, on a peu la main sur les détails… c’est dans les détails que se cache le diable, disent les allemands !
    Bref, pas de quoi se sentir en concurrence, il est vrai, tant que ça reste particulier aux très petits budgets : mais la tendance est quand même à une démocratisation parfois un peu crasse. Le bon sens est de moins en moins bien partagé… http://geek.juraver.net/2009/05/existe-t-il-un-bon-sens-20/
    (ps : je suis étonné qu’on puisse considérer qu’un environnement web peu adapté aujourd’hui va permettre d’auditer correctement pour une création plus poussée demain…)

    Le 28 janvier 2010 à 18 h 21 min