Accessibilité : s’inspirer des médias pour personnes handicapées

J’ai récupéré, pour ma fille, il y’a quelques jours un dessin animé (kirikou et les bêtes sauvages pour ne pas le nommer) auprès d’une amie dont l’enfant est malvoyant.

J’ai été bêtement surpris par le fait que le dessin animé était en version pour non voyants/mal voyants, oui je sais, ça semble logique mais je n’ai pas l’habitude de ce type de support.

C’était une expérience très intéressante du point de vue du rédactionnel des descriptions des scènes.

Le film déroule avec sa bande son originale, mais se greffe dessus une bande son complémentaire servant à décrire l’action et l’environnement, le montage est très bien réalisé car il n’ya pas de parasitage d’une bande son à une autre, du moins de mon point de vue de « voyant ».

L’information doit passer vite, être la plus complète et la plus « visuelle » possible. Chaque mot est choisi pour la force de son concept et j’ai été impressionné par la justesse des descriptions et ce avec souvent des phrases très courtes.

Depuis, j’essaie d’appliquer ce que j’ai appris avec ce dessin animé à ma pratique professionnelle, quand j’ai un texte alternatif à penser pour décrire une image.

Je vous conseille de tester l’expérience, c’est vraiment très enrichissant.

Avez-vous également été confronté à ce genre de situation, qu’en avez-vous retiré?

Je cite les « médias » dans le titre, mais on peut étendre cette réflexion à toute action touchant à faciliter la vie des personnes handicapées.

Cordialement,
Aymeric Jacquet