Advanced Web le magazine des professionnels du web

Une grande déception, vraiment.

Comme de nombreuses personnes, j’en ai entendu parler à droite et à gauche et je me suis dit qu’il faudrait que je le lise un jour.

Comme de nombreuses personnes, je pense effectivement qu’il manque un bon magazine papier ciblant les métiers du web, un magazine professionnel.

Ce magazine, ce ne sera clairement pas Advanced Web, du moins pas dans sa version française et ce pour de nombreuses raisons.

Un ciblage « Pros » mais un contenu « vulgarisé »

Advanced Web se présente que le journal des « professionnels du web » mais le contenu reste à un niveau de vulgarisation des concepts.

Je n’ai rien contre la vulgarisation, au contraire, c’est le meilleur moyen de faire passer des idées et concepts professionnels au niveau du grand public.

Le problème, c’est quand on « dit » cibler les professionnels, il faut leur parler en professionnel, pas en tentant de leur expliquer des concepts qu’ils sont sensés déjà maîtriser.

Je rejoins, en partie, sur ce point la réaction de David de biologeek : Rions un peu avec le magazine Advanced Web.

Je rajouterai même une chose sur l’article « introduction à XML », pourquoi placer cet article en tutoriel… dreamweaver ?

Des traductions médiocres

Je n’ai pas d’exemple précis, vu que le journal est chez moi et que je suis au bureau, mais le journal m’a donné l’impression d’avoir été traduit par Google puis légèrement corrigé par la suite.

Des phrases alambiquées , des impressions de traductions littérales, de grandes difficultés à comprendre le sens de certaines phrases.

Etant d’un naturel curieux, j’ai demandé confirmation à ma femme, traductrice/correctrice et son jugement fut sans appel : traduction basique sans réécriture, mauvais travail.

D’autant plus que le fait que le journal soit majoritairement la traduction d’un journal en anglais n’est pas clairement présenté.

Je retrouve dans ce journal les mêmes travers que dans les transpositions de gros blogs internationaux, les personnes chargées des traductions ont rarement le talent d’écriture des rédacteurs originaux, et ça se ressent.

Une faible valeur ajoutée des experts

Connaissant la plupart des experts blogueurs invités, je sens que je vais me faire taper sur les doigts.

Je me doute bien qu’il s’agit d’articles de commande, mais franchement, les gars, je n’ai pas particulièrement retrouvé ce que j’aime lire chez vous dans vos articles web, votre pertinence, votre savoir, votre vision.

On en reste à ce dont j’ai parlé sur le ciblage : de la vulgarisation, pas de l’expertise, pas de valeur ajoutée.

Que vous fassiez un peu d’auto promo ne me dérange pas, c’est de bonne guerre, même si certains des articles fleurent quand même bon la simple auto promo.

Un prix « haut de gamme »

7 euros 90, c’est cher, très cher.

Disons plutôt, que c’est cher pour ce que c’est, car franchement, ce magazine n’apporte rien de plus qu’un SVM ou je trouve des articles de fond sur notre métier parfois plus pointus que ce que j’ai pu lire dans Advanced Web, et pourtant, SVM, c’est un magazine de vulgarisation.

Pour en finir avec Advanced Web

Pour moi, il y a clairement un problème d’identification du public cible.

Non, Advanced Web n’est pas un magazine professionnel, c’est un magazine traitant des métiers et technos du web qui pourra trouver sa cible si un jour ils se décident à améliorer la qualité de leurs traduction et de leur rédaction, parce que pour l’instant, c’est plutôt très mauvais.

Cordialement,
Aymeric Jacquet

Tags : , ,