Doit on devenir hors de prix pour gagner sa vie en tant qu’indépendant… expérimenté ?

Money, money, money...

J’ai eu une discussion il y a quelques temps, avec un de mes partenaires, sur des questions de tarifs qui m’a pas mal fait réfléchir sur les problématiques de positionnement commercial.

En effet, cette personne a choisi il y a quelques temps déjà, de devenir « hors de prix » pour ses prestations à la journée.

C’est une personne qui intervient en conseil/formations IT et qui a une activité commerçante en parallèle.

Son pari était simple, tenter de passer de tarifs « classiques », aux alentours de 500 euros la journée, à des tarifs « haut de gamme » à 1500 euros la journée.

Oui, vous avez bien lu, 1500 euros la journée, vous pouvez recommencer à respirer, voila, doucement.

Nous n’avons pas eu le loisir de, réellement, étudier le fond de son raisonnement, mais certains évènements et informations récentes me poussent à penser qu’il a loin d’avoir tort.

Concrètement, quel sont vos tarifs journaliers ? 400 ? 500 ? 600 euros ?

Qu’est ce qui vous distingue d’un prestataire débutant à 200/300 euros la journée ? Comment expliquez-vous à votre client, que oui, vous êtes plus cher que le voisin ? Vous travaillez mieux ? Quelle est votre réelle valeur ajoutée ? Que vendez-vous ?

Combien de jours travaillez vous par mois ? Ou plutôt, combien de jours « facturés » êtes vous capable de travailler en assurant de façon optimum les projets de vos clients ?

Ce maximum vous suffit pour vivre ? Si c’est le cas, c’est bien, mais l’avenir ? Comment voyez-vous votre avenir ?

J’ai fait le choix, en ce début d’année, d’augmenter mes tarifs de façon conséquente, pas au niveau dont je parle plus haut, mais tout de même une réelle augmentation car je me suis rendu compte, en comparant la qualité de mes services, que je n’étais pas cher, vraiment pas cher, quand je me compare à la concurrence.

Ce qui finalement m’a décidé, c’est que je donne beaucoup à mes clients, pas trop, juste beaucoup plus que la majorité des prestataires que je connais, et mes clients le savent, certains me font comprendre parfois, à demi mots, que je ne suis pas assez cher.

Il faut être sur de soi, se vendre à sa réelle valeur, je fais un pari, on va bien voir si ça va fonctionner.

Maintenant, le plus dur, l’expliquer à mes clients…

En complément à cet article vous pouvez lire les articles suivants :

Cordialement,
Aymeric Jacquet

Tags : ,