Inertie sectorielle

J’en avais parlé, la table ronde sur l’écriture multimédia a eu lieu à Lille vendredi dernier.

Vous pourrez trouver un ensemble de liens vers les différents comptes rendus sur la page dédiée de blog en nord.

Ce qui m’a personnellement frappé dans ces comptes rendus, c’est l’unanimité autour de l’absence des acteurs (régionaux) du secteur lors de cette réunion.

Manque d’intérêt des Web Agencies ?

Personnellement je table sur une inertie totale de ce genre de structures.

Le secteur du web, c’est une sorte d’animal en perpétuelle mutation, ceux d’entre nous qui font un minimum de veille sectorielle et technologique s’en rendent bien compte. Pas un jour sans qu’un nouveau service n’apparaisse, pas un jour ou presque sans qu’une nouvelle application technologique n’apparaisse, de nouvelles méthodes de travail, de nouveaux frameworks, de nouveaux CMS, de nouveaux métiers…

Si je pense que le web se structure en métiers et spécialités de plus en plus clairement identifiés, c’est une mutation difficile à prendre en compte dans une grande structure qui de par sa nature même sera toujours plus rigide que des petites sociétés voir des indépendants.

La rédaction pour le web ? Oui, ça peut être utile, on y pensera si on a une demande, si il y a un besoin, mais bon en attendant… Parce que dans les fais, ça nous rapporte quoi ? C’est le client qui fait ses textes, on ne va pas s’emmerder avec ça sinon on n’a pas fini.

C’est grosso modo le genre de réaction que j’aurais eu dans la web agency ou j’ai travaillé pendant des années. C’est aussi une des raisons pour lesquelles beaucoup d’entre elles restent sur les acquis de construction de page html en tableaux full Dreamweaver (même si certaines tentent quand même de communiquer sur les standards, je dis bien communiquer, pas appliquer ;) ).

Je n’ai jamais autant avancé dans mes compétences et dans ma vision du métier que depuis que je suis « indépendant ». Quand on est dans une plus grosse structure, on s’intéresse aux nouveautés, de loin, on pense à les intégrer uniquement si il y a une demande.

Rares sont les entreprises qui anticipent les mutations de leur secteur, il est tellement plus confortable de rester sur des acquis bien rodés, bien rentables.

Au besoin, elles sous traitent… Et ça, c’est bon pour nous.

Cordialement,
Aymeric Jacquet